Actualités locales

Les principales infos du dernier conseil municipal de Dijon

15 septembre 2020 à 10h53 Par la rédaction
François Rebsamen, maire de Dijon, avec Nathalie Koenders, sa première adjointe
Crédit photo : K6FM

Le conseil municipal de rentrée de la ville de Dijon avait lieu ce lundi soir. Parmi les sujets évoqués : 16 ouvertures de classes à Dijon, la réhabilitation de la base nautique du lac Kir (bientôt « Camp d’entrainement pré-olympique »), la construction d’un stade de 1 500 places, le soutien de la ville aux artistes ou encore une aide exceptionnelle au Secours Populaire Français pour le Liban.

Concernant tout d’abords la carte scolaire 2020 : la ville annonce l’ouverture de 16 classes à Dijon

Dijon bénéficie d'une carte scolaire très favorable : depuis 2010, le solde des ouvertures et fermetures de classes dans les écoles publiques dijonnaises est positif chaque année. Pour 2020, 16 classes en plus sont ouvertes à Dijon. Pour offrir des conditions d'apprentissage adaptées aux élèves des quartiers les plus en difficulté, la Ville accompagne l’Éducation nationale pour le dédoublement des classes en REP. Après 12 ouvertures de classes en 2018 pour les CP et 6 ouvertures de classes en 2019 pour les CE1, ce sont 4 ouvertures de classes à la rentrée 2020 qui permettent la mise en œuvre du dédoublement des classes de grande section dans les écoles maternelles situées en REP. La Ville a réalisé d’importants travaux d'aménagement des locaux, en achetant du nouveau mobilier scolaire et en dotant les écoles de crédits supplémentaires pour les fournitures.

Les premiers chiffres communiqués par les écoles publiques recensent 6 255 élèves en élémentaire et 3 836 en maternelle, soit une évolution de + 52 élèves en élémentaire et - 187 élèves en maternelle par rapport à 2019. La population scolaire des écoles publiques dijonnaises s'établit donc en septembre 2020 à 10 091 élèves contre 10 226 élèves en septembre 2019. Les effectifs des écoles privées s'élèvent à 2 907 élèves à la rentrée de septembre 2020 contre 2 969 élèves à la rentrée de septembre 2019. Cette légère diminution des effectifs en maternelle est directement corrélée à la baisse constatée au niveau national du nombre de naissances depuis l’année 2015. L’instruction obligatoire dès 3 ans introduite à la rentrée 2019 n’a pas eu d’impact sur les effectifs, la très grande majorité des enfants fréquentant déjà l’école à Dijon. Une légère hausse des effectifs est constatée dans les écoles élémentaires alors qu’une diminution s’amorce au niveau national (- 0,18 %).

Les travaux dans les 77 écoles

Ces dernières années, la Ville a engagé plus de 62 millions d'euros pour réaliser des travaux dans les écoles, les accueils périscolaires et les accueils extrascolaires.

En 2020, la Ville y consacre 2,2 millions d'euros, avec notamment les opérations d'envergure suivantes :

- Rénovation intérieure de l’école élémentaire Mansart – 2ème tranche (394 000 €) ;

- Rénovation énergétique du groupe scolaire Lamartine – 3ème tranche (250 000 €) ;

- Aménagement d’une salle de classe et rénovation intérieure du bâtiment « logements » du groupe scolaire Lamartine (123 000 €) ;

- Réfection des façades du groupe scolaire Petit Bernard (252 000 €) ;

- Réfection de la façade de l'école maternelle York et installation de volets roulants (100 000 €).

La préoccupation environnementale est prise en compte depuis plusieurs années dans l’élaboration du programme de travaux dans les écoles, intégrant le volet des économies d’énergie et du confort thermique des élèves et des équipes pédagogiques : suppression progressive des bâtiments préfabriqués ; construction de nouveaux bâtiments répondant aux normes de la réglementation thermique en vigueur ; rénovations thermiques du bâti (selon les préconisations d’audits énergétiques préalables) ; isolation thermique extérieure, changement des menuiseries, mise en place de systèmes de ventilation ; travaux de rénovation et d’isolation des toitures ; installation de volets roulants ou stores extérieurs ou brise-soleil sur les façades des écoles les plus exposées.

La restauration scolaire : l'excellence en matière de qualité, et de développement durable

La ville de Dijon assure elle-même la production de près de 8 000 repas par jour. En lien avec Dijon métropole, elle a pour objectif de développer davantage les produits issus de l'agriculture biologique et de proximité à coût constant (grâce aux économies permises par le plan de réduction du gaspillage alimentaire).

La part de produits issus de l'agriculture biologique est de 35 %. 82 % des repas comportent au moins un composant bio - sans compter le pain qui est bio et local -  Des menus végétariens sont proposés une fois par semaine. Les services étudient la mise en place d’une alternative quotidienne au menu classique conformément à l’engagement municipal.

Après les premières mesures de réduction des volumes de pain, de sauces et de grammages réalisées en 2018 et 2019, le plan de réduction du gaspillage alimentaire se poursuit principalement par les cycles de pesées des restes de production et des restes d'assiette, l'expérimentation de menus à 4 composantes au lieu de 5, la poursuite du service à table, et l'étude des comportements alimentaires des enfants (notamment au regard des légumineuses en partenariat avec le CSGA).

L’ensemble des mesures a d’ores et déjà permis de réduire le gaspillage de 40 %.

L’accueil des enfants en situation de handicap dans les écoles et les accueils de loisirs

L’accessibilité des enfants en situation de handicap aux services publics éducatifs fait l’objet d’une attention particulière. La Ville de Dijon compte 14 unités localisées d’inclusion scolaire et 2 classes externalisées permettant d’accueillir 210 enfants présentant des troubles des fonctions cognitives, motrices ou auditives, des troubles complexes du langage ou autistiques. Sur les temps périscolaires et extrascolaires, la Ville met en œuvre un accompagnement spécifique des enfants en situation de handicap, afin qu’ils puissent bénéficier de ces temps dans des conditions adaptées (recrutement et formation de personnel, accompagnement individuel des enfants et de leur famille, sensibilisation et formation des équipes d’animation).

Des mesures sociales supplémentaires pour accompagner les foyers ayant des ressources situées en dessous et autour du seuil de pauvreté

Dans une logique d’équité sociale, la Ville de Dijon pratique la tarification au taux d’effort. Elle a aussi décidé, lors du conseil municipal du 10 juillet dernier, d'agir spécifiquement sur les tranches tarifaires situées autour du seuil de pauvreté (1 026 € à Dijon) pour le second semestre 2020 en validant des mesures de :

Gratuité de la restauration scolaire pour les familles ayant des ressources inférieures à 1 200€/mois

Réduction de 50 % du tarif des accueils de loisirs et de la restauration scolaire pour les familles ayant moins de 1 400 € de revenus par mois.

Rapport 5 – Dijon demande la mise en place de « l’obligation de ravalement »

97 hectares. L’un des plus vastes secteurs sauvegardés de France bénéficiant d’une reconnaissance UNESCO. Un patrimoine exceptionnel que la ville de Dijon entend entretenir et magnifier. Le 26 mars 2018, par délibération du conseil municipal, la Ville de Dijon lançait une importante campagne de ravalement de façade rue de la Liberté, artère piétonne emblématique et inscrite au patrimoine mondial de l’humanité. Cette action vise à aider financièrement les propriétaires souhaitant entretenir leurs façades d’immeubles. Le code de la construction et de l’habitation indiquant que « les façades des immeubles doivent être tenues en bon état de propreté ».  A ce jour, 14 dossiers ont reçu un accord de subvention et plusieurs autres sont en cours d'étude ou de montage dans le cadre de l’opération de la Ville de Dijon qui s'achèvera le 31 décembre 2020 (date limite de dépôt des dossiers).

Plusieurs immeubles, parmi les plus anciens, n'ont pas encore fait l'objet d'un dépôt de dossier de demande de subvention. Certains propriétaires ne se sont pas encore manifestés malgré les informations données et les relances effectuées. Sur demande du maire, le Préfet peut inscrire la ville sur la liste des communes où le ravalement est rendu obligatoire au moins une fois tous les 10 ans.

Cette procédure permettra ainsi d'adresser au(x) propriétaire(s) ou au(x) syndic(s) une injonction de faire, puis une prescription de travaux. Si celle-ci n’est pas exécutée dans les un an, une amende et une exécution d’office au frais du propriétaire peut être décidée par le tribunal judicaire.

Rapport 11 – La base nautique du Lac Kir bientôt « Camp d’entrainement pré-olympique »

37 hectares de plan d'eau au cœur d'un espace vert de 30 hectares, labellisé Ecojardin. Le lac Kir est un lieu de promenade et de loisirs appréciés des habitants de Dijon et de la métropole. De nombreuses activités sportives ou de détente sont proposées grâce aux multiples aménagements (base nautique, agrès sportifs, terrains de beach volley, beach soccer, courts de tennis, parcours de mini-golf, de santé et de pêche, jeux pour enfants, piste cyclable, …) et à l'organisation de temps forts comme « Dijon Plage », le feu d’artifice du 14 Juillet ou encore « D'jazz à la plage ».

La base nautique municipale, située sur la berge du lac, est un lieu de pratique sportive ouvert sur le quartier Fontaine d’Ouche, connu de tous les amateurs de sports nautiques (canoë-kayak, aviron, paddle et planche à voile) et des sportifs de haut niveau. Sur 4 400 m2, elle est composée de plusieurs bâtiments : deux d'entre eux abritent vestiaires, sanitaires, ateliers et entrepôts de matériels (mis en service en 1967). Un troisième bâtiment, datant de 1989, comprend deux niveaux avec vestiaires, sanitaires, salle de musculation, un entrepôt pour bateaux, un atelier ainsi que des locaux mis à disposition des clubs sportifs utilisateurs de la base. Un hangar à bateaux, construit en 2007, complète ces installations. Pour la mise à l'eau, la base nautique est équipée de trois pontons d'embarquement et de trois voies de mise à l'eau. L'ensemble accueille une pratique sportive de haut niveau mais également une diversité d'activités liées à la pratique des clubs, aux dispositifs sportifs municipaux (vacances, trimestres, loisirs, scolaires) avec 9 361 embarquements en 2019.

Courant 2020, une étude a été menée pour réhabiliter l’équipement : valorisation et ouverture de l’ensemble sur le cœur de ville, intégration harmonieuse dans le site paysager, enjeux environnementaux… Ce projet permettra à la base nautique de devenir un point de départ des activités sportives de pleine nature vers les espaces naturels jouxtant la ville tout en offrant des infrastructures adaptées à la pratique du haut niveau.

La réhabilitation de la base nautique du lac Kir intégrera :

L’aménagement du bâtiment datant de 1989 pour le dédier au stockage des bateaux et autres espaces techniques ;

La déconstruction des bâtiments datant de 1967, vétustes et inadaptés à l'évolution des pratiques des activités nautiques ;

La réalisation d'un bâtiment d'environ 1 500 m2 à haute efficacité énergétique comprenant des vestiaires, des bureaux, des salles de musculation et des locaux associatifs ;

Le réaménagement des circulations pour intégrer l’équipement dans « le tour du lac » et le rendre plus accessible aux piétons ;

L’aménagement du lac avec des installations sportives de haut niveau (lignes d'eau, pontons, ...etc.)

Cette opération de réhabilitation est estimée à 5 500 000 euros. Les travaux devraient durer 12 mois.

Rapport 13 – Sport féminin : la Ville de Dijon lance la construction d’un stade de 1 000 places

La Ville de Dijon et Dijon métropole soutiennent les clubs professionnels et la pratique du sport pour tous.

Après la construction de la piscine olympique, la rénovation du stade d’athlétisme Colette Besson ou du stade Bourillot, la réalisation d’une tribune de 5 000 sièges pour le stade Gaston Gérard (capacité de 19 000 places aujourd’hui), … la Ville de Dijon lance la construction d’un stade de 1 000 places pour l’organisation du championnat de France de D1 féminine de football et des matchs de la réserve masculine du club du DFCO. Avec l’installation de la ligue régionale de football sur le site des Poussots, des travaux sur le terrain annexe du stade Gaston Gérard étaient à réaliser pour accueillir dans de bonnes conditions sportifs et public. Le terrain annexe sera rénové et l’éclairage de la zone de jeu renforcé.

Le montant total de l’opération est estimé à 4 700 000 euros. Le planning prévisionnel des travaux prévoit une durée de réalisation de 18 mois pour une livraison en 2022.

Rapport 14 – Aide au secteur culturel : la ville de Dijon soutient ses artistes

Dans la continuité des mesures de soutien aux professionnels locataires, la ville de Dijon souhaite aider les artistes émergents accueillis au sein d'ateliers situés dans les locaux de la Halle 38, réhabilités depuis 2016.

Dix artistes sélectionnés par le PARAC (pôle d'action et de recherche en art contemporain regroupant le FRAC, l'Ensa, le Consortium et la Direction des musées de la Ville de Dijon) occupent ces locaux jusqu'à la fin de l'année 2021. Des conventions spécifiques de mises à disposition ont été conclues entre la Ville et les dix artistes. Celles-ci prévoient notamment le paiement d'un loyer de 100 € par trimestre.

Compte tenu de la faible utilisation de ces ateliers durant la période de confinement et afin de soutenir ces artistes émergents, une exonération de loyer pour les deux premiers trimestres de l'année 2020 sera appliquée.

Par ailleurs, la ville de Dijon a décidé de prolonger la validité de la Carte culture 2019-2020 (Rapport 17). 3 047 étudiants, dont plus de 80 % de dijonnais, en ont fait l’acquisition entre septembre 2019 et mars 2020 mais n’ont pas pu en profiter du fait de la crise sanitaire. Les bénéficiaires qui ont acheté des billets avant l’état d’urgence sanitaire, pour des évènements prévus au printemps 2020 et reportés à 2021, pourront toujours profiter des tarifs avantageux accordés grâce au dispositif (5,5 € pour le spectacle vivant et 3,5 € pour le cinéma « Art et Essai »). La Vapeur - Scène de Musiques Actuelles, l'Opéra de Dijon, le Théâtre Dijon Bourgogne, le Dancing et l'Eldorado… près d’une trentaine d’établissements de l’agglomération sont partenaires. L’offre culturelle d’art contemporain sur le territoire métropolitain sera aussi particulièrement valorisée.

Rapport 22 – Liban : la Ville de Dijon apporte son aide au Secours Populaire Français

Le 4 août 2020, le port de la capitale libanaise Beyrouth a été frappé par une double explosion faisant plus d’une centaine de victimes et des milliers de blessés. En lien avec son partenaire libanais, Développement for People and Nature Association (DPNA), le Secours Populaire Français s’est immédiatement mobilisé pour soutenir les populations sinistrées. Le 7 août 2020, le Secours Populaire Français – Fédération de la Côte d’Or, a sollicité une aide financière exceptionnelle auprès de la Ville de Dijon pour mener à bien ses missions sur le terrain.

Attentive à la situation sur place, la Ville de Dijon a souhaité attribuer une aide exceptionnelle au Secours Populaire Français – Fédération de la Côte d’Or de 5 000 € pour accompagner l’association humanitaire dans son travail.