Les quartiers de Fontaine d’Ouche et des Grésilles ne font pas partie des zones de « reconquête républicaine »

Gérard Collomb a présenté ce jeudi après-midi sa stratégie de « reconquête républicaine » en mettant en place une police de sécurité et du quotidien dans 30 quartiers difficiles partout en France. A Dijon, les quartiers de Fontaine d’Ouche et des Grésilles n’en font pas partie.

9 février 2018 à 6h04 par Fabrice Aubry

K6 FM

Il y a une quinzaine d’années, il y avait encore la police de proximité qui avait été supprimée par Nicolas Sarkozy. Il y aura maintenant une police de « sécurité et du quotidien » que Gérard Collomb va mettre en place avec plus de moyens pour tenter de réduire la délinquance dans 30 quartiers prioritaires et dit « sensibles » partout en France. Avant la présentation de ce dispositif ce jeudi après-midi par le ministre de l’intérieur, tout le monde s’attendait à ce que les quartiers de Fontaine d’Ouche et des Grésilles à Dijon soient intégrés à ces 30 quartiers dits « prioritaires ». Ça n’a finalement pas été le cas, au grand étonnement des nombreux élus dijonnais. La mairie de Dijon avait pourtant candidaté auprès du ministère de l’Intérieur pour accueillir ce dispositif. Dans les colonnes du journal le Bien Public de ce vendredi matin, François Rebsamen regrette le contenu de ce projet : « Nous avions plaidé pour un programme beaucoup plus large. Là il s’agit surtout d’une reconquête républicaine pour les 30 quartiers les plus en difficulté. A la limite, je suis plutôt heureux que nous ne soyons pas stigmatisés. »