Mesures pour l'élevage : la FDSEA 21 maintient sa mobilisation

Alors que le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé une série de 24 mesures en soutien aux agriculteurs ce mercredi, la Fédération Côte-d'Orienne des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FDSEA 21)a annoncé maintenir sa mobilisation.

22 juillet 2015 à 10h12 par 45

K6 FM

Alors que l'Ouest de la France a été sujet ces dernières 48h de nombreuses mobilisations des agriculteurs, mécontents de voir leur marge sur les produits bovin et laitier s'amincir, le ministre de l'Agricutlure Stéphane Le Foll a annoncé ce mercredi une série de 24 mesures visant à calmer leur colère. En Côte-d'Or, les producteurs restent sceptiques.

Dans ce plan, il est notamment question de l'annulation ou du report rapide de charges et de cotisations, ainsi que de la remontée des prix d'achat de la viande et du lait. Ces mesures d'urgences sont prises pour soulager rapidement la trésorerie des éleveurs, qui depuis plusieurs semaines, assurent vendre à perte.

D'autres mesures plus structurelles ont été annoncées, comme la restructuration de l'ensemble des dettes des éleveurs à moyen et long terme, ainsi que mise en avant du "Made In France", notamment dans tous les services officiels du pays.
En tout, l'�?tat va engager 600 millions d'euros dans ce plan de soutien aux éleveurs annoncé au sortir du Conseil des Ministres.

Mobilisée depuis plusieurs jours, la FNSEA a invité les éléveurs de l'Ouest a levé leur blocage des routes suites à ces annonces. 

En Côte-d'Or, la mobilisation était moins forte ces derniers jours "L'Est est toujours présent, mais les régions concernées par les récents mouvements sont particulièrement productrices, et notre agenda était plus chargé avec les moissons" confie Samuel Bulot, membre de la FDSEA 21.  La grogne reste malgré tout identique pour les producteurs laitiers ou bovins de Côte-d'Or, qui maintiennent, malgré ces annonces, l'action de mobilisation prévue ce jeudi dans l'Yonne.

"On a pas tous les détails de ce plan qui semble quand même aller dans le bon sens. Mais il va nous falloir plus. On est toujours pris à la gorge. Pour le lait, il manque toujours au producteur l'équivalent de 30 �?� pour 1000 litres afin de pouvoir rentrer dans ns frais. Le problème, c'est les prix fixés par les transformateurs ou la grande distribution. �? la fin, c'est toujours le petit paysan qui crèvent."

Pour montrer leur mécontentement, les agriculteurs côte-d'oriens se rendront dans un abattoir et chez un transformateur de lait de l'Yonne, et ce, malgré la rencontre prévue avec Eric Delzant, préfet de la Côte-d'Or.

Yoann Olid