Nouvelles grèves chez Divia en 2018, les associations s’indignent !

Le syndicat CGT de Divia a déposé ce lundi de nouveaux préavis de grève pour une soixantaine de dates pour 2018. L’association « au fil des réseaux », qui défend les usagers, s’indigne dans un communiqué.

18 décembre 2017 à 16h40 par Fabrice Aubry

K6 FM

Un nouveau préavis de grève a été déposé ce lundi pour les 23 et 30 décembre et plus d’une soixantaine de dates en 2018 ! La CGT justifie ces nouveaux mouvements sociaux par 8 raisons dont les temps de parcours et les temps de repos en conséquence ; des désaccords sur l'organisation des services après 21h30 ; des inquiétudes quant à la sécurité des personnels ou des sanctions envers les salariés jugées "injustes, disproportionnées, inappropriées".

Les premiers vents debout face à cette nouvelle ont été les membres de l’association « au fil des réseaux » qui défend les usagers du réseau Divia.

Voici le communiqué qu’ils ont communiqué qu’ils ont diffusé ce lundi après-midi :

 

« Visiblement, le dialogue social est complètement rompu (mais a-t-il un jour existé chez Keolis Dijon ?) ou le jusqu’auboutisme est de retour en fanfare.

Tout ces préavis nous rappellent les longues grèves de 2013 ou le réseau avait agonisé les samedis.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Toutes les dates de grèves sont positionnées une veille de dimanche et/ou de fériés (et de ponts). Ce qui donne à s’interroger sur la légitimé et l’utilité de ces grèves, d’autant qu’elles ne sont appelées que par un seul syndicat.

Il est URGENT que Dijon Métropole, la direction et les syndicats se remettent autour de la table des négociations préalablement épurée de tout ce qui ne concerne pas le bien commun et le service public. Le risque, outre de ternir pour longtemps l’image de fiabilité du réseau Divia déjà bien écornée par des conflits sociaux et des incidents techniques récents, est de repousser vers la voiture de nombreux usagers, et de pénaliser, une fois de plus, les plus dépendants du transport publics, à savoir les plus défavorisés. »