Santé : La société Crossject se développe à Dijon

La première pierre d'un nouveau complexe pour le laboratoire Crossject va être posé ce vendredi dans le parc Mazen-Sully à Dijon. La société poursuit son développement avec son produit phare : le système d'injection sans aiguille Zeneo©.

11 février 2016 à 18h02 par 45

K6 FM

La premi�re pierre d'un nouveau complexe pour le laboratoire Crossject va �tre pos� ce vendredi dans le parc Mazen-Sully � Dijon. La soci�t� poursuit son d�veloppement avec son produit phare : le syst�me d'injection sans aiguille Zeneo.

Pour le fondateur du laboratoire Patrick Alexandre, c'est un pas de plus qui va �tre franchi vers une vraie assise de la soci�t� dans le paysage pharmaceutique et m�dicale. Dans quelques mois (fin 2016 selon les pr�visions), ses nouveaux bat�ments de 1 800 m2 permettront de �recevoir nos collaborateurs dans de bonnes conditions, y d�velloper notre secteur Recherche et D�veloppement qui nous permettra d'�tre � la pointe sur les nouveaux produits

Une nouvelle construction imposante, � l'image du succ�s du laboratoire : une mise en bourse r�ussie, un syst�me novateur qui permet d'injecter sans aiguille des traitements d'urgence ou chroniques et des ambitions aujourd'hui forte : �Notre syst�me Zeneo devrait �tre commercialis� d'ici 2017, une fois les nouveaux locaux pr�vus pour fin 2016.� pr�cise le pr�sident du directoire. Des emplois seront �galement � la cl� : les locaux seront capables d'accueillir jusqu'� une quarantaine de personnes au quotidien. La soci�t� en emploie pour l'instant une vingtaine.

Crossject patrick AlexandreCette construction, dont la premi�re pierre va �tre pos�e ce vendredi 12 f�vrier, va aussi voir le jour grace au soutien de la Ville de Dijon, par l'interm�diaire de la SEMAAD (Soci�t� d'Economie Mixte d'Am�nagement de l'Agglom�ration Dijonnaise), qui y investit 3.8 millions d'euros et qui fera un effort sur le remboursement (�chelonnement de 85% du co�t total de l'op�ration de 12 mois � 36 mois apr�s la livraison). Un fonctionnement qui permet �d'investir nos b�n�fices, notamment boursiers, pour d�velopper la recherche et non directement dans les locaux� confie Patrick Alexandre, dont les seringues sans injection seront rapidement d�ploy�s sur les premiers march�s : France, Inde et Chine.

Yoann Olid