Santé : le centre George François Leclerc de Dijon doublement récompensé cette semaine

Le centre Georges François Leclerc de traitement des cancers à Dijon a été doublement récompensé cette semaine pour ces diffèrentes innovations. Le CGFL a décroché le premier prix de l'innovation en ambulatoire remis par l'ARS ainsi que le prix de l'innovation UNICANCER.

7 novembre 2015 à 6h39 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

Le centre Georges François Leclerc de traitement des cancers à Dijon a été doublement récompensé cette semaine pour ces diffèrentes innovations.

Mercredi, le CGFL a été  lauréat du Premier Prix de l'innovation en ambulatoire par l'Agence Régionale de Santé de Dijon. Un prix d'une valeur de 10 000 �?�, pour son projet « Guérir de son cancer en un jour », porté par le Dr Thierry Rapenne, médecin anesthésiste et responsable de l'unité de chirurgie ambulatoire et le Pr Charles Coutant, chirurgien sénologue.
" Le « virage ambulatoire », répondant à une demande forte des patients de pouvoir rentrer chez eux le soir même après une intervention chirurgicale le matin constitue l'un des axes de la transformation structurelle du système de santé" précise le CGFL. Dans ce contexte, l'ARS Bourgogne avait choisi de valoriser et d'encourager l'innovation en lançant en 2015 la première édition d'un prix régional (voir article)

Avant ça, le CGFL avait déjà été récompensé en début de semaine du prix de l'innovation UNICANCER, seul prix exclusivement dédié à la cancérologie en France. 

Le « Prix Coup de c�?ur des salariés » avait été décerné pour une partie de sa cuisine à Pierre Peltre, responsable de restauration et à son adjoint Frédéric Tissot (chef cuisinier) pour le projet lauréat : « Une nouvelle approche des repas à texture modifiée : la cuisine moléculaire revisite les plateaux », projet par lequel l'ensemble de l'équipe de restauration-diététique du CGFL propose d'utiliser la cuisine moléculaire, alliée à la cuisine traditionnelle, pour reconstituer au niveau visuel et gustatif des plats classiques tout en évitant la mastication et les troubles de la déglutition pour certains patients. Cette solution vise à revaloriser l'alimentation mixée et (re)donner envie au patient de manger malgré la texture modifiée des plats.

Yoann Olid