Une expo-vente caritative d'objets d'artisanat à Dijon

Une exposition/vente d'objets d'artisanat a lieu ce week-end à l'hôtel de Vogüé à Dijon. Tous les bénéfices seront reversés à une association nommée « un avenir pour Chloé ». C’est une structure qui a pour but de rassembler des fonds pour mettre en place des méthodes de « pédagogie conductive » adaptées pour des enfants handicapés.

15 novembre 2019 à 18h06 par la rédaction

K6 FM
Crédit: DR

L’association a été créée en 2018 par Géraldine Duprat, mère de Chloé, une petite fille polyhandicapée atteinte d'une mutation génétique rare. Chloé présente un retard moteur et cognitif important qui ne cesse de progresser.
Les parents de Chloé ont découvert la « pédagogie conductive», une méthode peu connue en France mais répandue dans le monde entier. L’association « un avenir pour Chloé » a donc pour objectif de développer les méthodes de la « pédagogie conductive » pour tous les enfants polyhandicapés en Côte d’Or. 

Rendez-vous ce samedi et ce dimanche à l'hôtel de Vogüé, 8 Rue de la Chouette à Dijon pour cette exposition vente.

 

Plus de détails sur la pédagogie conductive :

La pédagogie conductive a été inventée par Andras Petö, médecin hongrois, dans les années 1940. Il fut le premier à considérer le handicap comme un défi éducatif et non pas comme un problème biologique ou physique.

La méthode est aujourd’hui reconnue dans de nombreux pays comme l’Angleterre, la Belgique, le Japon, l’Australie... La reconnaissance n’est pas acquise en France, il existe cependant 8 centres privés dans notre pays, créés par des familles (2 centres reçoivent actuellement des subventions de l’ARS)

POUR QUI ?

Elle s’adresse à des enfants lésé-cérébraux, handicapés moteurs ou polyhandicapés qui sont capables de comprendre des consignes simples.

PRINCIPE

La pédagogie conductive repose sur le principe que l’enfant polyhandicapé est capable d’apprendre. Elle consiste à guider l’enfant, en contournant son handicap, dans ses tâches quotidiennes afin de lui offrir un maximum d’autonomie.

Tous les exercices proposés sont en rapport avec ce que les enfants doivent effectuer au quotidien.

L’éducation conductive est une technique, pas une thérapie,  qui appréhende l’enfant dans sa globalité. Il s’agit d’une vision positive de l’enfant et de son handicap.

PAR QUI ?

L’éducation conductive est dispensée par des conducteurs, formés sur 4 ans de façon multidisciplinaire : ergothérapie, kinésithérapie, psychomotricité, orthophonie, neurosciences...

Dans certains pays, comme la Belgique, les équipes sont constituées de kinésithérapeutes, d’ergothérapeutes, de psychomotriciens, d’orthophonistes.