Vaccination à l'UB : le président A. Bonnin appelle «les étudiants à participer dans le calme»

Alors que débute sur l'université la première phase de la campagne de vaccination contre le méningocoque W, le président de l'université Alain Bonnin revient sur la mise en place de cette campagne inédite et tient à rassurer les étudiants sur la propagation du germe, responsable de deux morts en quelques semaines.

4 janvier 2017 à 1h56 par 45

K6 FM

Alors que d�bute sur l'universit� la premi�re phase de la campagne de vaccination contre le m�ningocoque W, le pr�sident de l'universit� Alain Bonnin revient sur la mise en place de cette campagne in�dite et tient � rassurer les �tudiants sur la propagation du germe, responsable de deux morts en quelques semaines.

C'est du jamais-vu sur l'universit� : en 10 jours, il a fallu organiser une campagne de vaccination pr�ventive de pr�s de 30 000 personnes. Autant dire que ses derni�res heures ont �t� intenses pour le pr�sident du campus dijonnais Alain Bonnin : � Apr�s la tristesse des d�c�s des deux �tudiantes, il a fallu s'organiser pour mettre en place une pr�vention d�s la rentr�e� confie le pr�sident.

D�s ce mercredi 4 janvier (premier jour d'une campagne de plus d'un mois), les services de scolarit� sont donc mis � contribution pour d�gager dans l'emploi du temps de chaque �tudiant un cr�neau qui lui permette de se rendre au centre de vaccination (Salle Multiplex Montmuzard). 

Ca n'est pas simple, nous sommes en p�riode d'examen et de retour en cours. Il faut sectoriser certaines classes, les s�parer par groupe de 30 par ordre alphab�tique et faire des convocations �

Si la vaccination en elle-m�me n'est pas obligatoire, le succ�s de l'op�ration d�pendra de l'importance des �tudiants qui se soumettront au vaccin : � Je les appelle � la raison : c'est une question de sant� collective. Nous devons atteindre 70 � 80 % de vaccin�s minimum pour avoir un r�el impact � rappelle Alain Bonnin, qui appelle les professeurs mais aussi les associations �tudiantes � se mobiliser pour transmettre le message.

Ne pas c�der � la panique

Pour autant, le pr�sident tient � souligner le caract�re pr�ventif de la vaccination : � Il faut traiter ce germe de fa�on s�rieuse mais sans c�der � la panique. Ce germe ne survit que chez l'Homme et pas dans les locaux. La transmission se fait avec des contacts rapproch�s et fr�quents, notamment par la salive. Et porter ce germe en soi ne va pas forc�ment d�clencher une maladie. Donc ce n'est pas une d�contamination que nous proposons, mais un mouvement collectif pour �viter la propagation d'un germe potentiellement dangereux chez certains.

Inutile donc de paniquer ou de se pr�cipiter sur le centre de vaccination : des plannings pr�cis vont �tre mis en place pour que chacun puisse se faire vacciner. Les �tudiants devront se soumettre � un petit questionnaire, pr�senter leur carte �tudiante et �ventuellement leur carnet de sant� avant de recevoir le vaccin. Ce dernier est rapide, monodose, inerte et pr�sente tr�s peu de contre-indications.

Un num�ro vert a �t� mis en place pour l'information des �tudiants et du personnel (du lundi au vendredi de 9h � 17h) : 0.805.200.550

Yoann Olid