Prix de l’énergie : les maires de la Côte d’Or alertent encore le gouvernement

Face à la forte hausse des prix de l’énergie, les collectivités locales ne cessent de tirer la sonnette d’alarme sur le coût engendré pour leurs finances. L’association des maires de la Côte d’Or a de nouveau alerté le gouvernement ce jeudi.

20 octobre 2022 à 18h44 par la rédaction

Ludovic Rochette est président de l'association des maires de la Côte d'Or
Ludovic Rochette est président de l'association des maires de la Côte d'Or
Crédit: Photo archive K6FM

Ci-dessous, le communiqué de l’AMF 21, l’association des maires de France en Côte d’Or :

« Aujourd’hui, et c’est une très bonne chose pour elles, de nombreuses communes sont protégées par le bouclier énergétique. Cette mesure va dans le bon sens. Mais les communes ayant plus de 2 millions d’euros de recettes et plus de 10 agents ne le sont pas, tout comme les intercommunalités. Toutes ces collectivités ont le plus souvent des charges de centralité : écoles, gymnases, piscines, et bien d’autres encore. Elles ont fait et font encore un immense effort afin de maîtriser leur consommation d’énergies. Mais cela ne suffit pas et bon nombre d’entre elles ne pourront bientôt plus investir, voire équilibrer leur budget.

Les coûts excessifs de l’énergie dans les nouveaux contrats proposés aux collectivités ne sont plus acceptables ni tenables. De nombreux maires, aux côtés des associations d’élus, interpellent les pouvoirs publics. L’AMF alerte et fait des propositions depuis dix mois maintenant.

L’AMF propose que l’État, les collectivités, les syndicats de l’énergie et les autres opérateurs de l’énergie, notamment les fournisseurs, soient réunis d’urgence à l’initiative du Gouvernement, pour que soient prises les décisions à la hauteur des enjeux financiers devant lesquels les collectivités sont placées par leurs fournisseurs.

Le niveau d’alerte envoyé par les collectivités rend indispensable une réaction avec des effets immédiats. Comme elles l’ont fait dans le cadre de la Relance, les collectivités locales doivent continuer de jouer leur rôle de motrice de l’investissement public. Sans aide, beaucoup d’entre elles ne pourront assurer l’année prochaine ce rôle indispensable à notre économie ».