Un bilan encourageant en début d’année pour le don de sang dans la région

Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, les chiffres du don de sang étaient encourageants en ce début d’année 2022. Mais la mobilisation, de plus en plus dépendante d’actions et appels médiatiques, est en forte baisse depuis quelques semaines.

7 mai 2022 à 11h00 par la rédaction

Les chiffres du don de sang étaient encourageants en ce début d’année 2022
Les chiffres du don de sang étaient encourageants en ce début d’année 2022
Crédit: Photo d’illustration / Roxanne Gauthier

Les collectes de sang du 1er trimestre ont accueilli 2 170 donneurs qui n’étaient plus venus donner depuis au moins 3 ans (+1 470 par rapport à 2021) et 419 n’ayant pas pu donner lors de leur premier don (+272 par rapport à 2021). Des chiffres satisfaisants et inédits, qui peuvent s’expliquer par une présence plus forte du don de sang à travers les différentes actions entreprises pour mobiliser les citoyens. Il n’est jamais trop tard pour (re)prendre le rythme du don de sang, même après plusieurs mois/années sans don, les bourguignons et franc-comtois sont toujours les bienvenus en collecte. 

Des nouveaux donneurs qui répondent présents

Au 31 mars 2022, 3 740 donneurs tendaient le bras pour la première fois, soit 1 074 de plus que l’an dernier ! La reprise des opérations de sensibilisation en lycées et sur les campus, où le potentiel de nouveaux donneurs est élevé, semble avoir porté ses fruits, une bonne nouvelle pour l’Etablissement français du sang. « Nous revenons à un nombre de nouveaux donneurs presque équivalent à l’avant crise, explique Christophe Barisien, responsable régional des prélèvements. Ces nouveaux donneurs sont indispensables car ils prennent le relais des 22 519 donneurs qui ont quitté nos fichiers l’an dernier par limite d’âge ou contre-indication définitive. Faire découvrir le don de sang à de nouveaux citoyens répond aussi à un enjeu transfusionnel : plus ils seront nombreux, plus les stocks de produits sanguins reflèteront la diversité génétique de la population et donc des besoins des patients. » Cette dynamique de recrutement doit à présent se maintenir et chacun peut y contribuer, donneur ou non : proposer à ses amis d’aller donner ensemble, en parler aux repas de famille, installer des affiches et flyers du don de sang dans son entreprise, relayer les informations de l’EFS sur les réseaux sociaux, etc.   

Mais des réserves de produits sanguins en baisse

Aujourd’hui, les réserves de produits sanguins sont en baisse, fragilisées par le week-end Pascal et les vacances scolaires. Si les étudiants sont plus difficiles à mobiliser à l’approche des examens et pendant l’été, on peut être nouveau donneur à tout âge ! L’EFS appelle donc celles et ceux qui n’auraient pas encore poussé les portes d’une collecte à le faire ces prochaines semaines. Ensuite, un seul mot-clé : régularité ! Parce que les produits sanguins ont une durée de vie limitée (42 jours pour les globules rouges et 7 jours pour les plaquettes), il est primordial de se mobiliser sur la durée en donnant son sang régulièrement. En Bourgogne-Franche-Comté, le nombre de dons moyen par an et par donneur est de 1,7.

Donner son sang, ça se prépare

Pour donner, il faut être âgé de 18 à 70 ans, peser au moins 50 kg, se sentir en forme / Trouvez la collecte la plus proche de vous sur le site ou l’appli Don de sang / Vérifiez que vous pouvez donner grâce au questionnaire en ligne / Réservez le créneau de votre choix pour donner / Munissez-vous d’une pièce d’identité avec photo, assurez-vous de ne pas être à jeun et de vous sentir en forme.