Avez-vous aperçu ce petit animal ?

La société d’histoire naturelle de la faune de Bourgogne invite le grand public à participer à deux enquêtes : la première sur les pelotes de chouettes qui se terminera le 31 octobre, et la seconde sur le muscardin et les noisettes qui s’achèvera le 30 novembre.

18 septembre 2022 à 16h00 par la rédaction

Un exemple de muscardin muscardinus
Un exemple de muscardin muscardinus
Crédit: Photo M. CARNET

Ci-dessous, le communiqué : 

Aidez-nous à récolter des pelotes de chouettes. Mais pourquoi une enquête sur ces pelotes ? 

Étudier les pelotes permet de mieux connaître la répartition des micromammifères, comme les musaraignes, mulots, campagnols, etc. d’un territoire. En effet, lors de leur digestion, les chouettes accumulent les parties non digérées (absence de dents et de glande salivaire) de leur nourriture qu’elles rejettent par leur bec sous forme de pelotes de réjection. Dans ces pelotes, on retrouve donc des restes de proies : ossements, crânes, mâchoires, poils, plumes, etc. Les micromammifères étant très craintifs et nocturnes, le meilleur moyen de les recenser et de les étudier est donc de décortiquer et d’analyser les pelotes.

Où trouver des pelotes et comment les récolter

Les rapaces nocturnes utilisent des perchoirs d’affût et leur site de repos pour digérer leurs proies : il peut s’agir de poteaux, d’un arbre mort, de combles de bâtiment non utilisé ou d’un mur. Si vous trouvez des coulées blanches aux abords de ces lieux, il s’agit de leurs fientes. Vous êtes donc au bon endroit. Les pelotes seront au pied de ces emplacements. Veillez surtout à ne pas déranger les chouettes : évitez de faire du bruit, espacez les visites sur un même lieu. Choisissez les pelotes les plus noires et les plus compactes, ramassez-les le plus délicatement possible pour ne pas qu’elles s’effritent, et mettez-les dans une boîte en carton ou dans un sac en plastique fermé. Étiquetez chaque lot grâce aux étiquettes à votre disposition sur le site internet de la société d’histoire naturelle de la faune de Bourgogne. 

Pourquoi récolter des noisettes ?

Le Muscardin, qu’on appelle aussi rat d’or est très petit, essentiellement nocturne et difficilement observable. Heureusement pour nous, il est friand de noisettes ! Tout comme les pelotes, l’étude des noisettes grignotées permet de mieux connaître la répartition du Muscardin sur le territoire.

Où trouver les noisettes et comment reconnaître les bonnes ?

Le Muscardin affectionne les sous-bois de feuillus ou mixtes assez denses, le bocage connecté à des entités boisées, des haies fournies en ronciers et arbustes. Contrairement à d’autres rongeurs qui mangent les noisettes au sol, il les consomme directement dans l’arbre. Il faut donc privilégier les noisettes isolées au sol, sous les branches, sous toute la largeur de l’arbre. Le trou dans les noisettes formé par le Muscardin est particulier : il est régulier, presque rond, le bord interne est nette et lisse. Vous pourrez également voir des traces de dents tout autour du trou sur la surface de la noisette, et vue de profil, l’ouverture du trou est presque rectiligne Tout comme pour les pelotes, ramassez les noisettes, et mettez-les dans une boîte en carton ou dans un sac en plastique. Étiquetez chaque lot grâce aux étiquettes à votre disposition sur le site internet de la société.