Ces deux Côte-d’Oriennes pratiquent un métier dit « masculin »

A l’occasion de la deuxième édition des « Trophées Métiers pour ELLES », l’Afpa Bourgogne-Franche-Comté a distingué trois femmes qui ont trouvé leur voie dans un métier dit « masculin ». Deux d’entre elles sont formées à l’Afpa Chevigny-Saint-Sauveur.

27 février 2022 à 11h00 par la rédaction

Ces deux Côte-d’Oriennes pratiquent un métier dit « masculin »
A gauche, Céline Gente (peintre en bâtiment) et à droite Aurélie Simon Villet (plaquiste/carreleuse)
Crédit: Captures d'écran vidéo YouTube Afpa Bourgogne-Franche-Comté

Lancé à l’initiative de l’Afpa (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes) avec le soutien du ministère du Travail, de l'Emploi et de l’Insertion, l’événement « Trophées Métiers pour ELLES » a pour vocation de valoriser les femmes qui ont fait le choix d’une formation dans un métier qui accueille moins de 30 % de femmes.

Objectif : faire bouger les lignes dans le domaine de la mixité des métiers et inciter les femmes à s’ouvrir à des métiers auxquels elles ne pensent pas.

Pour cette 2ème édition, l’Afpa met à l’honneur des lauréates dans toute la France.

En Bourgogne-Franche-Comté, 3 femmes en formation à l’Afpa sont distinguées. Ces lauréates concourent pour l’un des 3 prix nationaux des « Trophées Afpa Métiers pour ELLES » qui seront dévoilés le 8 mars 2022 à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes.

Un marché du travail toujours très marqué par les stéréotypes de genre

Alors que la France s’est fixée comme objectif d’atteindre un tiers de métiers mixtes en 2025, le marché du travail reste marqué par une répartition des métiers très genrée avec à peine 12 % d’entre eux considérés aujourd’hui comme mixtes.

Tous secteurs confondus, 50 % de femmes se retrouvent dans seulement 12 familles professionnelles sur les 87 existantes. 75 % d’entre elles suivent une formation dans le tertiaire. Leurs emplois restent essentiellement concentrés dans les métiers du service, de l’éducation, et du social. Et pourtant les femmes ont toute leur place dans des secteurs en pénurie de main d’œuvre comme le bâtiment, le transport et la logistique, l’industrie....

Dans le cadre de sa mission de service public, l’Afpa se mobilise pour faire progresser l’égalité et la mixité des métiers en formant plus de femmes dans les professions où elles sont sous-représentées. L’opérateur public de la formation professionnelle encourage ses stagiaires à élargir leur horizon professionnel dès le choix de leur formation, pour leur permettre d’opter pour des métiers auxquels elles n’auraient pas pensé et qui recrutent.

3 femmes formées à un métier considéré comme masculin à l’honneur

Organisé dans toute la France, ce concours s’adresse à toutes les femmes en stage à l’Afpa dans un métier qui compte moins de 30% de femmes (la liste ici). Les candidates sont issues de formations préparant un Titre du ministère du travail dans les secteurs BTP, industrie, hôtellerie-restauration, transports, logistique, informatique, télécommunications ....

En Bourgogne-Franche-Comté, le jury récompense 3 femmes pour leurs parcours exemplaires, à rebours des préjugés de genre sur les métiers, et qui contribuent ainsi à faire reculer les clichés et à une plus grande mixité professionnelle.

Sonia FAIVRE (42 ans)

Après un BEP-CAP Couturière, Sonia a été femme de chambre, auxiliaire de vie aux familles, agente d’accueil, agente de production, couturière pour confectionner des masques... Aujourd’hui elle se lance dans le métier de Peintre en bâtiment – Façadière isolation thermique par l’extérieur. Pourquoi ? C’est un métier qu’elle a toujours voulu faire, mais son père lui disait « qu’il n’y a pas de femme dans ce milieu ». Elle s’était mis des barrières, mais grâce à la formation à l’Afpa de Belfort elle s’épanouit aujourd’hui dans un métier qui la passionne.

Elle concourt pour le Trophée : Pluri’Elle.

Céline GENTE (46 ans)

En parallèle à ses études de droit, Céline a effectué divers jobs d’été. En 2000, elle obtient sa maîtrise en droit des affaires et débute une carrière de juriste en cabinet d'expertise comptable à Beaune. Aujourd’hui elle se lance dans le métier de Peintre en bâtiment et se forme à l’Afpa de Chevigny-St-Sauveur. Pourquoi ? Il s'agit d'abord d'un "métier passion" : lorsqu’elle était jeune, elle a aidé son père et son grand-père dans la construction de la maison familiale.

Elle concourt pour le Trophée : Passion’Elle.

Aurélie SIMON VILLET (32 ans)

Suite à ses études dans le milieu social, Aurélie a travaillé dans différents secteurs d’activité. Son dernier poste était celui de responsable de magasin dans une chaîne de boulangerie. Aujourd’hui, elle se lance dans le métier de Plaquiste – Carreleuse et se forme à l’Afpa de Chevigny-St-Sauveur. Pourquoi ? Après le premier confinement, Aurélie a fait un burn-out, elle avait besoin de se changer les idées. Son père lui a proposé d’intégrer son entreprise de maçonnerie rénovation pour l’aider. Elle a adoré tout ce qu’elle a pu faire avec lui. Elle a pu poser du placo et cela lui a semblé comme une évidence : ce serait son métier !

Elle concourt pour le Trophée : Essenti’Elle.

Trois lauréates nationales seront récompensées le 8 mars prochain par l’un des Trois « Trophées Métiers pour ELLES »

Les 3 lauréates de la région entrent ainsi en lice pour l’étape finale, nationale, des « Trophées Métiers pour

ELLES » où trois finalistes recevront un prix, selon leur parcours, à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes.

Le trophée Pluri’Elle : récompense une femme en reconversion après un parcours dans d’autres secteurs.

Le trophée Passion’Elle : met à l’honneur une femme qui a construit son projet de longue date, malgré tous

les obstacles.

Le trophée Essenti’Elle : distingue une femme particulièrement pionnière dans son domaine.

« En mettant en lumière les parcours originaux de ces femmes, à contre-courant des idées reçues et des stéréotypes, les « Trophées Métiers pour ELLES » inspirent d’autres femmes et ouvrent la voie à de nouvelles vocations dans des professions réputées masculines. Chacun de ces parcours contribue ainsi à changer les représentations sociales et mentales sur les métiers et à faire progresser la mixité dans le monde du travail », indique Pascale Gérard, Directrice Innovation Sociale à l’Afpa.

Plus d'informations sur la page Facebook de l'Afpa Bourgogne-Franche-Comté.