COVID-19 : l’épidémie poursuit sa décrue dans la région

Selon le dernier point hebdomadaire fourni ce vendredi soir par l’agence régionale de santé, l’épidémie de COVID-19 continue son recul progressif dans tous les départements de Bourgogne-Franche-Comté, mais le niveau de circulation du virus exige encore une forte attention collective. « Il n’est pas trop tard pour la vaccination, en particulier celle des enfants », indique l’ARS.

25 février 2022 à 17h50 par la rédaction

L’épidémie de COVID-19 continue son recul en Bourgogne-Franche-Comté
L’épidémie de COVID-19 continue son recul en Bourgogne-Franche-Comté
Crédit: Photo d’illustration K6FM

Avec une incidence en population générale en baisse de 40% par rapport à la semaine précédente, le repli de l’épidémie se confirme en Bourgogne-Franche-Comté. Le taux de positivité des tests, toujours proche de 30%, montre néanmoins que le risque n’est pas levé et requiert le maintien de la prudence dans la vie quotidienne. L’impact sur l’hôpital, qui reste élevé, invite à rester mobilisé sur la prévention et le respect des consignes d’isolement.

Vacciner les enfants aujourd’hui, les protéger demain

Compte-tenu du niveau élevé de couverture vaccinale de la population (plus d’1,65 million d’habitants de la région ont bénéficié d’un rappel) et de la diminution des besoins, le maillage des centres de vaccination est progressivement réduit pour s’adapter à l’activité. Il est toujours possible de se faire vacciner, facilement et rapidement, en proximité, auprès des professionnels de ville qui demeurent pleinement engagés dans la campagne : médecins, pharmaciens, infirmiers…

L’ARS relaie en particulier les messages du professeur Alain Fischer, président du conseil national d’orientation pour la stratégie vaccinale, pour rappeler aux professionnels de santé et aux familles les bénéfices de la vaccination des 5-11 ans, encore insuffisante (moins de 12 000 enfants couverts par une première dose dans la région). Au-delà des semaines qui viennent, il faut préparer l’avenir : « la vaccination des enfants aujourd’hui leur servira à construire leur mémoire immunitaire et à les protéger ultérieurement ». Depuis le début de l’épidémie en Bourgogne-Franche-Comté, 5 903 personnes sont décédées à l’hôpital des suites d’une forme sévère de la maladie ; 2 407 en établissements médico-sociaux.