Démarrage précoce de la surveillance des pollens dans la région

Avec un hiver particulièrement doux, certains arbres ont déjà démarré leur période de pollinisation en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers prélèvements polliniques ont donc démarré plus tôt que d’habitude, avec la remise en service des capteurs le 9 janvier.

13 janvier 2023 à 12h00 par la rédaction

La mesure de la qualité de l'air est effectuée dans la région par l'ATMO
La mesure de la qualité de l'air est effectuée dans la région par l'ATMO
Crédit: Photo d’illustration K6FM

L’édition 2023 de la surveillance des pollens en région BFC a débuté ce lundi 9 janvier avec la remise en fonctionnement des capteurs de la région, implantés à Dijon, Châlon, Nevers, Besançon et Montbéliard, prochainement complétés par Lure. Ce dispositif permet de récolter les pollens présents dans l’atmosphère, en vue de les analyser au laboratoire et déterminer quelles espèces affectent ou sont sur le point d’affecter les personnes allergiques.

L’association Atmo Bourgogne-Franche-Comté, qui surveille la qualité de l’air de la région, est impliquée depuis une quinzaine d’années dans cette surveillance. Organisée en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), les allergologues de la région et les collectivités accueillant les capteurs, cette surveillance permet : Aux médecins de mieux diagnostiquer une allergie chez les patients venus les consulter. Aux personnes allergiques (jusqu’à 30% de la population) de limiter les effets de l’allergie en prenant un traitement préventif au début du pic pollinique. Les résultats de ces analyses sont diffusés chaque vendredi via un bulletin allergo-pollinique, complété des observations et conseils des allergologues de la région. Le premier bulletin sera diffusé ce vendredi 20 janvier.

La saison 2023 est précoce

Ce début d’année très doux favorise déjà la floraison des arbres. Les premières espèces attendues sont les noisetiers, actuellement très présents sur le territoire métropolitain, avec un niveau d’allergie qualifié de «moyen» voire «élevé» dans le nord-est de la France, selon les premières constatations du RNSA. D’autres espèces, tels l’aulne, le cyprès et le frêne, ont aussi démarré leur floraison mais sont pour le moment moins abondants. Le bouleau, particulièrement allergisant, est généralement observé sur les capteurs dans le courant du mois de mars.