Deux programmes innovants au CHU pour arrêter de fumer

Alors que le mois sans tabac vient de commencer, le CHU de Dijon propose deux solutions innovantes pour les fumeurs qui n’arrivent pas à arrêter la cigarette avec des méthodes traditionnelles.

2 novembre 2022 à 17h59 par la rédaction

Le CHU de Dijon propose deux solutions innovantes pour les fumeurs
Le CHU de Dijon propose deux solutions innovantes pour les fumeurs
Crédit: Photo d’illustration K6FM

Le service d’addictologie du CHU Dijon Bourgogne propose des études cliniques destinées à des fumeurs n’arrivant pas à arrêter la cigarette avec les stratégies traditionnelles – patchs, gommes, traitement médicamenteux.

Le premier dispositif consiste à injecter en sous-cutané des extraits de tabac dépourvus de nicotine. L’objectif est de provoquer une réaction immunitaire de l’organisme afin de rejeter le tabac, ce qui doit réduire l’envie de fumer. Le fumeur se voit administrer deux doses à une semaine d’intervalle ; s’il n’a pas arrêté de fumer au bout de deux semaines, la prise en charge est renforcée par l’ajout de substituts nicotiniques et de deux injections complémentaires. Cette innovation est un essai clinique mené par une société française basée dans l’Hérault, NFL Biosciences. Cette étude se déroule dans huit hôpitaux en France, dont le CHU Dijon Bourgogne qui a déjà inclus cinq participants depuis septembre.

Le service d’addictologie participe également à une autre étude intitulée « TabacStim 3 ». Il s’agit de la troisième étude en stimulation cérébrale conduite au CHU de Dijon, les deux premières ayant donné des résultats prometteurs. Le principe consiste à délivrer des stimulations cérébrales sur la région préfrontale, identifiée comme le siège du « craving » (le besoin irrépressible de consommer). Le traitement est sans risque et de courte durée : une dizaine de séances de 15 minutes chacune est suffisante pour arrêter le tabac.  

« Ces deux innovations présentent l’avantage de ne pas nécessiter d’hospitalisation, souligne le professeur Benoit Trojak, chef du service d’addictologie. Le patient est accueilli dans le service en ambulatoire, il peut rentrer chez lui sitôt l’injection réalisée ou la séance de stimulation terminée, et reprendre sa vie normale. C’est une chance pour nos patients de pouvoir bénéficier au CHU Dijon Bourgogne d’une telle palette de traitements innovants, qui vont permettre l’arrêt du tabac mais aussi limiter fortement le risque de rechute. »

Un stand Mois sans tabac au CHU Dijon Bourgogne

Les infirmiers du service d’addictologie tiendront un stand disponible pour le grand public ainsi que les professionnels de l’hôpital. Cet échange permettra l’évaluation ludique de la consommation de tabac des fumeurs actifs et la réalisation de mini-consultations. Le stand sera l’occasion de mieux connaître les soins existants dans le traitement du tabagisme.

Quand ? Les vendredis 04/11,18/11 et 25/11 de 9h00 à 13h30.

Où ? Dans le Hall A de l’Hôpital François Mitterrand.