Mondial de football : les écologistes dijonnais s’opposent à François Rebsamen

Alors que François Rebsamen a annoncé la semaine dernière que la ville de Dijon organisera la diffusion en public des matchs de la coupe du monde de football si l’équipe de France atteint les demies-finale de la compétition, les élus écologistes ont livré ce mardi leur point de vue sur le sujet.

11 octobre 2022 à 17h59 par la rédaction

L'une des nombreuses scènes de liesse à Dijon après la victoire des Bleus en 2018
L'une des nombreuses scènes de liesse à Dijon après la victoire des Bleus en 2018
Crédit: Photo archive K6FM

Ci-dessous, le communiqué d’Olivier Muller, Catherine Hervieu et Stéphanie Modde, élus écologistes dijonnais :

Depuis l’attribution par la FIFA de la coupe du monde de football au Qatar en 2010, les ONG et les écologistes n’ont cessé de dénoncer les conditions des travailleurs étrangers. Ce sont 6 500 d’entre eux qui ont perdu la vie pour construire 8 stades pour le déroulement des matchs, sans compter les salaires impayés. Le Qatar ne respecte ni les droits humains, ni l’environnement, ni la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. La tenue des matchs à ciel ouvert et climatisé, la construction des infrastructures, les plus de 160 vols quotidiens pour le transport des supporters venus de tous les pays constituent des désastres écologiques et une aberration énergétique. C’est à l’opposé de la lutte contre le changement climatique pour laquelle le Qatar et l’ensemble des pays de la planète avaient pris un engagement solennel lors de l’accord de Paris pour le climat en 2015.

C’est pourquoi, nous condamnons le choix du maire de Dijon de diffuser les matchs de la Coupe du Monde au Qatar avec les moyens publics de la ville, contrairement aux initiatives prises notamment par les maires de Strasbourg, Lille, Nantes, Bordeaux, Paris et bien d’autres. Comme dans tous les domaines, le sport doit prendre la mesure des enjeux climatique et énergétiques et opérer des mutations. Pour cela, c’est aussi aux pouvoirs publics et aux politiques de les impulser et les encourager. Comme par exemple, organiser des manifestations sportives populaires dans tous les quartiers de Dijon avec l’argent prévu pour les retransmissions de la coupe du monde.