A Dijon, le prix de l'immobilier frôle les 2 500 €/m²

C’est une information que nous a transmis ce mardi matin le site seloger.com. Alors que sur l’année, 1/3 des villes françaises de plus de 100 000 habitants voient le prix de leur immobilier ancien baisser, à Dijon, c’est la hausse qui prévaut. Dans la Cité des Ducs, sur les douze derniers mois, les prix au m² progressent de 4,2 %.

26 juin 2018 à 7h10 par Fabrice Aubry

K6 FM
Crédit: Photo@Seloger.com

Comptez 2 472 € du m² pour un bien immobilier ancien à Dijon

Si, comme le fait remarquer Michel Mouillart, professeur d’économie à l’université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, « le ralentissement de la hausse des prix des appartements anciens se poursuit », à Dijon, force est de constater que sur l’année, la tendance est nettement haussière. Jugez plutôt, devenir propriétaire d’un bien dans la Cité des Ducs coûte désormais 4,2 % plus cher qu’il y a douze mois. Si la faiblesse des taux d’intérêt bancaires actuels a vraisemblablement contribué à déclencher de nombreux projets d’acquisition d’un bien immobilier à Dijon, elle n’explique pas, à elle seule, l’engouement que suscite celle qui fut la Capitale des Ducs de Bourgogne.

Dijon, une ville aux multiples atouts

Outre des prix immobiliers qui, même s’ils progressent fortement sur l’année, n’en restent pas moins raisonnables (2 472 € du m²), Dijon a récemment figuré en tête d’un classement des villes du Nord-Est de la France où il faisait bon vivre. Ajoutez à cela un solide réseau de transport, une forte attractivité économique, un patrimoine - aussi bien architectural que culturel - exceptionnel et des écoles de qualité (l’Université de Bourgogne, Sciences Po Dijon, Burgundy School of Business, etc.) et vous obtenez un cocktail à teneur garantie en attractivité immobilière.

Les quartiers de la Toison d’Or et Montchapet ont la cote

Immobilièrement parlant, le centre-ville dijonnais (rue Piron, rue de la Liberté, rue de l’Amiral Roussin) reste une valeur sûre. Il est d’ailleurs inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais des quartiers comme la Toison d’Or (rue de Colchide, avenue Françoise Giroud) encore Montchapet (boulevard de l’Ouest, avenue Victor-Hugo, rue des Marmuzots), situés un peu plus au nord-ouest de la Capitale des Ducs de Bourgogne sont également très prisés. Dans le secteur - cossu - de Montchapet, les maisons individuelles datant du début du siècle dernier sont particulièrement recherchées.

Montmuzard, Gustave Eiffel, les Bourroches sont à surveiller de près !

Nous l’avons vu, l’hypocentre et le nord-est de Dijon attirent de nombreux acquéreurs en quête d’un appartement, voire d’une maison dans l’ancien. Mais d’autres secteurs de la ville méritent que l’on s’y attarde. Recèlent ainsi de belles opportunités les quartiers Eiffel, des Bourroches et, plus à l’est, Montmuzard. Parce que les prix immobiliers y sont moins élevés que dans le centre-ville de Dijon et dans les quartiers de la Toison d’Or/Montchapet, ces secteurs font le bonheur des primo-accédants.

Les prix au m² dans 5 quartiers « tendance » de Dijon :

QUARTIER / PRIX AU M² :

La Toison d'Or : 2 435 €

Charles de Gaulle : 2 329 €

Champmaillot : 2 235 €

Cordeliers : 2 228 €

Clemenceau : 2 227 €

 

Communiqué de seloger.com