AGRESSION À GEVREY CHAMBERTIN : Du nouveau ce soir

En complément du communiqué de presse transmis hier à 19h00 et relatif aux événements survenus à Gevrey-Chambertin le 18 mai 2019, le parquet a décidé de la présentation de deux personnes au tribunal et a ouvert ce jour une information judiciaire.

22 mai 2019 à 5h15 par Franck PELLOUX

K6 FM
Crédit: K6FM

Il s’agit de deux hommes âgés de 18 ans et 19 ans, demeurant Gevrey-Chambertin pour l’un et sans domicile fixe pour l’autre. Le premier possède un casier judiciaire faisant mention de 10 condamnations. Le second n’a pas de condamnation à son casier judicaire.
Conformément aux réquisitions du parquet, ces deux personnes ont été mises en examen pour tentative de meurtre, précédant, accompagnant ou suivant un autre crime, vol avec arme et placées en détention provisoire. Elles encourent la peine maximale de la réclusion criminelle à perpétuité.
Une troisième personne, qui avait dû être hospitalisée au cours de sa garde, à vue a été, là encore conformément aux réquisitions du parquet, mise en examen pour tentative de meurtre, précédant, accompagnant ou suivant un autre crime, vol avec arme, sur son lieu d’hospitalisation. Il a en outre été mis en examen pour violences aggravées avec arme ayant entraîné une incapacité temporaire totale de plus de 8 jours, sur l’un de ses comparses, faits qu’il conteste. Le débat contradictoire sur son éventuelle mise en détention, que sollicite le parquet, va intervenir dans la soirée. Il s’agit d’un homme âgé de 18 ans, sans domicile fixe, au casier judiciaire ne faisant pas mention de condamnation.
Lors de l’enquête et de leurs auditions, les mis en examen ont globalement reconnu les faits de vol avec arme et se sont rejeté la responsabilité de la tentative d’homicide. Il s’agit d’une scène d’une grande violence. Les circonstances dans lesquelles l’un des 3 mis en examen a lui-même été blessé avec une arme sont encore contestées, dans un contexte général d’alcoolisation.
Les investigations vont désormais se continuer sous l’autorité d’un juge d’instruction.

Communiqué de presse de Eric Mathais, procureur de la République