Anthony Buonocore : "Ma place à l'Euro 2016, je la dois aussi à Dijon"

Le speaker du stade Gaston Gérard Anthony Buonocore aura en charge l'animation de plusieurs rencontres de l'Euro 2016 de football organisé en France cet été. Une première pour cet animateur de 30 ans, qui estome que sa nomination est aussi dûe au public du DFCO.

3 mars 2016 à 15h24 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

Le speaker du stade Gaston Gérard Anthony Buonocore aura en charge l'animation de plusieurs rencontres de l'Euro 2016 de football organisé en France cet été. Une première pour cet animateur de 30 ans, qui se prépare à enflammer le stade Pierre Mauroy de Lille.

Plus habitué aux rencontres de Ligue 2 qu'aux joutes internationales, le speaker du DFCO Anthony Buonocore va devoir rapidement s'adapter. Dans quelques semaines, il sera l'un des speakers officiels de l'Euro 2016 de football organisé cet été en France. Il aura notamment en charge l'animation de plusieurs rencontres au stade Pierre Mauroy de Lille, d'une capacité de 50 000 places :  Allemagne �?? Ukraine (le 12 juin), Russie �?? Slovaquie (le 15 juin), mais aussi Suisse �?? France (le 19 juin), Italie �?? Irlande (le 22 juin), ainsi qu'un huitième et un quart de finale.

Plus l'événement approche (début le 10 juin), plus le speaker prend conscience de la tâche qui l'attend : «C'est une pression qui grandit. Il y a plus d'enjeu sur la sécurité, sur l'animation, sur le public qui sera diffèrent aussi. Mais ça reste un evenement festif et notre langage universel, c'est e football. C'est donc de la bonne pression.»

Le speaker confie que le cahier des charges imposé est évidemment «bien plus imposant que celui du DFCO» mais qu'il travaille déjà sur l'animation avec les responsables de l'UEFA.

Seul représentant bourguignon dans cette compétition (avec l'arbitre Clément Turpin), il sait que cette nomination est aussi dûe au public du parc des sports. «Je dois cette place à Dijon aussi. J'ai grandi ici, en même temps que le public du stade et du DFCO. »

Si l'évenement sera marquant dans la jeune carrière du speaker, il n'oublie pas sa mission première et son amour de Dijon : «Ma ville, c'est Dijon, et même si j'animerais ponctuellement des matchs internationaux, je reste attaché à Gaston Gérard et si, on croise les doigts, le DFCO monte en Ligue 1 la saison prochaine, je serai son premier supporter et son fidèle speaker.»

Yoann Olid