Arnaud Montebourg à Dijon « Un candidat proposant, pas opposant»

En déplacement puis en meeting à Dijon ce mercredi après-midi, l'ancien ministre de l'économie Arnaud Montebourg a dévoilé quelques lignes de son projet et sa vision de la primaire à laquelle il est candidat, qui ne doit pas «désunir la gauche» face au Front National et à la droite.

8 décembre 2016 à 5h35 par 45

K6 FM

En déplacement puis en meeting à Dijon ce mercredi après-midi, l'ancien ministre de l'économie Arnaud Montebourg a dévoilé quelques lignes de son projet et sa vision de la primaire à laquelle il est candidat, qui ne doit pas «désunir la gauche» face au Front National et à la droite.

Tout en symbole, c'est dans le bar "L'industrie", rue des Godrans à Dijon que l'ancien ministre de l'économie et du redressement productif avait donné rendez-vous aux journalistes. Le défenseur du Made In France a pu logiquement y aborder son amour pour l'industrie, notamment bourguignonne, qui a « su résister tant bien que mal à la crise. » L'occasion aussi de rappeler son programme autour des «PME, que je veux servir en leur réservant 80 % de la commande publique et en leur créeant une banque d'investissement aux risque»

Candidat opposé à Manuel Valls ou au plus récent Vincent Peillon, Arnaud Montebourg a rapidement évité les questions autour des candidatures des uns et des autres. Des candidatures «légitimes», a-t-il simplement concédé, avare de polémique. Car c'est d'une gauche la plus unie possible que Montebourg se veut être le candidat.

Le Bourguignon voit déjà plus loin que la primaire et assure qu' un travail main dans la main une fois le temps de la primaire passé sera indispensable, au-delà des candidats actuels à la primaire : « Si je l'emporte, je proposerai un projet de gouvernement avec J.L. Mélenchon (PDG) et Y. Jadot (Les Verts). Si nous ne sommes pas unis, j'ai peur que les Français aient à arbitrer un duel FN/ Fillon, duquel Marine Le Pen pourrait cette fois sortir vainqueure. Et le candidat de conclure : « Ecrire un projet à plusieurs mains, c'est une manière de regarder la situation politique avec optimisme »

�? ses côtés, deux soutiens locaux : Kheira Bouziane (députée de la 3e circonscription de Côte-d'Or), séduite par son projet "Made In France" et Céline Maglica (Conseillière Départementale et suppléante du député Laurent Grandguillaume), qui le voit comme un candidat "réellement de gauche" et à même de réconcilier les diffèrents opinion de gauche, conctrairement à M.Valls.

Dans le même temps, l'ancien Premier ministre était lui à quelques centaines de kilomètres, dans le Doubs... les deux candidats se disputant déjà les voix des élècteurs de Bourgogne-Franche-Comté.

Article et photo : Yoann Olid