Basket : la JDA Dijon l'emporte contre Gravelines et signe une cinquième victoire consécutive en Pro A

Dans un match décousu, la JDA Dijon Basket s'impose difficillement 68-62 face à Gravelines et termine son année 2014 avec une cinquième victoire d'affilé. Sa participation à la Leader's Cup en poche, Dijon peut amorçer l'année 2015 la tête pleine d'espoir.

30 décembre 2014 à 3h42 par 45

K6 FM

La JDA Dijon Basket affrontait ce lundi soir le BCM Gravelines-Dunkerque au Palais des Sports de Dijon pour son dernier match de l'année 2014. Les dijonnais pouvaient s'appuyer sur une défense retrouvée depuis quelques semaines et une série en Pro A de 4 victoires consécutives. En face Gravelines restait un morçeau lourd du championnat français avec une honorable 6e place.

Pour la première fois, le jeune Eliot Maraux, 18 ans, apparaissait dans l'effectif de Jean-Louis Borg, en l'absence d'Aldo Curti. Un premier match encore plus symbolique pour lui puisque que dans les rangs de Gravelines évolue son frère Charly, lui aussi passé par la formation dijonnaise quelques années plus tôt.

Les 2 premiers points sont dijonnais avec Zach Moss qui pivote dans la raquette pour scorer. Après 4 échecs au panier, Gravelines voit Dijon concrétiser sa domination par un cinglant 7-0 dès les 4 premières minutes.

Le BCM mettra plus de 6 minutes avant de recoller au départ canon des Dijonnais grace à 2 paniers à 3 points successifs (10-10 après 6"30 de jeu). C'est le moment que choisit Borg pour lancer Eliot Maraux sur le parquet de Pro A pour la première fois. Après 10 minutes, le deux équipes se neutralisent 15-15.

Plus vascillante, la JDA attaque le second quart-temps avec 2 échecs à 3 points. Il faut 3 rebonds offensifs dijonnais consécutifs pour qu'enfin la Jeanne soit récompensée (17-21 après 12"30). Jean-Louis Borg va souvent se tenir la tête entre les mains dans ce second quart-temps. L'anneau continue de repousser un à un les shoots de ses joueurs imprécis. Sans ce manque d'adresse, Dijon filerait en tête au score, tant leur domination est claire. Heureusement en face, la défense répond bien et permet à Gravelines de ne pas s'enflammer (21-26 après 17 minutes). Mais la réussite n'est pas là, Ferdinand Prénom rate même ses 2 lancers de franc. Dijon axe beaucoup son jeu sur Steven Gray, meilleur marqueur dijonnais jusque là, mais celui-ci ne score plus (4/14 à 2 pts,1/5 à 3 pts). �? la mi-temps, la JDA accuse 5 points de retard (23-28).

L'orage semble passé, Dijon revient des vestiaires en ayant réglé un peu la mire. Walker, muet jusque là, score enfin ces 4 premiers points dans les premières minutes. Les nuages reviennent rapidement : Si la Jeanne score, elle défend moins bien et est souvent sanctionnée. Kevin Ross Rauze (poste 2) se retrouve même meneur de jeu après une nouvelle faute de Walker.Le match n'est clairement pas un match au sommet et ce troisième quart-temps décousu se conclue par un shoot au buzzer d'Harris qui permet à Dijon d'y croire (43-45).

Steven Gray redonne tout de suite de l'allant à la Jeanne avec un 3 points qui lui permet de passer devant (46-45 après 32"). Sans être transcendante, l'équipe de Jean-Louis Borg reprend petit à petit l'avantage au score et sur le parquet. Kevin Joss-Rauze fait d'ailleurs beaucoup de bien à la JDA. Il défend bien et ses 10 points, associés au réveil de Walker, permettent au Palais des Sports d'y croire. �? 5 minutes du terme, le JDA mène de 5 points (55-50). Le BCM semble avoir compris que la chance a tourné. Il reste 3 minutes au chronomètre, et les 13 points de walker en une mi-temps font s'envoler la Jeanne 62-52. Seul Albicy montre des signes de rebellion, mais le match est plié, et malgré une prestation décousue, Dijon s'impose 68-62.