Braderie solidaire de la FNAC à Dijon : « Du jamais vu en France »

Ce dimanche, le Zénith de Dijon va accueillir la neuvième braderie solidaire de la FNAC, dont les recettes seront reversées au Secours Populaire. Un événement culturel et solidaire unique en France et né à Dijon, qui fait la fierté du directeur dijonnais de la FNAC. Entretien.

10 juin 2017 à 6h08 par 45

K6 FM

Ce dimanche, le Zénith de Dijon va accueillir la neuvième braderie solidaire de la FNAC, dont les recettes seront reversées au Secours Populaire. Un événement culturel et solidaire unique en France et né à Dijon, qui fait la fierté du directeur dijonnais de la FNAC. Entretien.

Depuis maintenant neuf ans, la FNAC de Dijon, le Secours Populaire et le Zénith travaillent main dans la main une fois par an pour organiser le temps d'une journée une braderie solidaire : des milliers de produits neufs de la FNAC sont vendus à prix réduit, et les bénéfices sont reversés au Secours Populaire.

Ce dimanche, le Zénith accueillera donc les acheteurs de 9h à 20h pour un événement qui grandit d'années en année. En 10 ans, la somme récoltée est passée de 10 000 �?� à plus de 171 200 �?� l'an passé. Surtout, cette braderie solidaire est un événement unique en son genre et s'est même imposée comme la braderie nationale de la FNAC. Ainsi, c'est tous les magasins FNAC de France qui participent à la collecte, en envoyant plusieurs mois en avance à Dijon les produits qui ne peuvent plus être vendus dans leurs boutiques (livres, jouets, CD, DVD).

« C'est beau que cette initiative dijonnaise soit devenue un événement référence. Je ne connais pas d'autres enseignes qui font ça. Et même si on aimerait voir pupuler ce genre d'événement solidaire partout en France, on a une petite fierté dijonnaise à ce que ça soit chez nous et pas ailleurs » confie Mathieu Garcia, directeur du magasin FNAC de Dijon.

Selon lui, cette braderie remplit un triple objectif : « proposer des objets culturels trois à quatre fois moins chers que dans nos magasins pour les personnes les plus démunies, éviter que ces produits sortis du circuit de commercialisation classique soient détruits, et récolter de l'argent pour les actions du Secours Populaire.»

Alors que la barre des 7 000 visiteurs a été dépassée en 2016, les organisateurs préparent déjà la 10e édition, de 2018, avec un changement de formule dans les tuyaux : « On ne peut pas pousser les murs du Zénith mais on peut envisager un passage sur un week-end complet, ou l'organisation d'un concert solidaire la veille... En tout cas, il faudra que ce soit culturel et solidaire.»

En attendant, les acheteurs sont attendus dès le dimanche matin devant le Zénith pour s'arracher les produits à prix réduits de cette 9e édition.

Yoann Olid