Charles Rozoy : "Je n'ai plus rien à prouver à personne"

À deux semaines du début des Jeux Paralympiques de Rio 2016, le nageur dijonnais Charles Rozoy a réalisé son dernier entrainement public à la piscine olympique de Dijon. Pour le médaillé d'Or à Londres en 2012, l'objectif de ces Jeux sera de se faire plaisir et de finir en apothéose.

24 août 2016 à 11h03 par 45

K6 FM

�? deux semaines du début des Jeux Paralympiques de Rio 2016, le nageur dijonnais Charles Rozoy a réalisé son dernier entrainement public à la piscine olympique de Dijon. Pour le médaillé d'Or à Londres en 2012, l'objectif de ces Jeux sera de se faire plaisir et de finir en apothéose.

Les Jeux Paralympiques s'ouvriront à Rio le 7 septembre prochain. Moins médiatisés que les Jeux Olympiques  pour "valides", ils restent un événement très attendu et nombre de sportifs les ont dans le viseur depuis de nombreuses années. Comme Charles Rozoy, le nageur dijonnais qui vise une deuxième médaille d'Or dans les bassins brésiliens.

�? 29 ans, l'homme s'apprête à participer à ses deuxièmes et derniers Jeux Paralympiques. Plus qu'à la médaille, Charles Rozoy pense surtout à profiter. « Je n'ai plus rien à prouver à personne. J'ai été champion de France, d'Europe, médaillé d'Or aux Jeux. Aujourd'hui, je me suis réalisé en tant que sportif et en tant qu'homme».

L'aisance et le sourire de Charles tranchent pourtant avec l'intensité des préparatifs qu'il a mis autour de ces Jeux. « Je travaille pour Rio depuis 4 ans oui, avec des coachs sportifs mais aussi mentaux. C'est dur, j'ai beaucoup changé».

Engagé sur 4 courses en septembre prochain, dont son fétiche 100m papillon , il assure malgré tout être prêt. « Physiquement, je suis bien. 7 kilos en moins sur la balance et une nage différente de 2012, moins belle mais plus en force. J'espère pouvoir battre le "moi" de 2012, ça sera déjà bien. Après si je peux ramener une médaille comme mes amis dijonnais M.Prouvensier (handball) et C.Maret (Judo), ça serait génial. Mais je n'ai pas de pression.»

Le Dijonnais sait qu'il sera un des espoirs de l'équipe française de natation. Pour éviter la pression, "Mister Butterfly" s'est donc enfermé dans une bulle espagnole ces dernières semaines, loin des Jeux Olympiques et de la polémique sur le budget des Jeux Paralympiques, un temps menacés. « Je n'ai pas trop regardé, et je me contente de nager. Il était évident qu'ils allaient se faire. Mais c'est dommage de voir que certains s'en foutent encore. Qu'est ce que vous voulez y faire ? C'est comme le dopage... Il faudrait faire un grand ménage pour que tout soit clean.»

Des mots durs provenant d'un homme désormais bien construit, investi dans la vie sportive de sa ville (Charles Rozoy est conseiller municipal) et sur les épaules duquel reposeront beaucoup d'espoir en Côte-d'Or. Son départ pour Rio est prévu pour le 1er septembre, après quelques entrainements à huit-clos dans ses bassins, à Dijon. Et Charles Rozoy le sait, il sera «poussé par les Bourguignons, les Côte-d'Oriens et les Dijonnais».

Yoann Olid