Comment mettre de l’«éthique» dans nos achats ?

A l’occasion des soldes d’hiver, le collectif « éthique sur l’étiquette » de Dijon Métropole a dénoncé ce samedi matin l’exploitation des « petites mains » de l’industrie textile.

26 janvier 2019 à 10h20 par la rédaction

K6 FM
Crédit: �thique sur l�tiquette

Le collectif en appelle aux entreprises multinationales afin qu’elles cessent leurs pratiques commerciales visant à obtenir de leurs fournisseurs et de leurs sous-traitants les coûts de production les plus bas au détriment des droits humains au travail et de l’environnement et qu’elles mettent  fin à une mode rapide et jetable qui met en péril la planète et ses habitants.

Le collectif « Ethique sur l’étiquette » leur demande expressément de respecter la loi dite « devoir de vigilance des sociétés mères » qui, dès 2018, les oblige à identifier les risques d’atteintes aux droits humains au travail et à l’environnement tout au long de leur chaîne de production et à prendre toutes les dispositions pour éviter que se reproduisent des catastrophes comme celle de l’effondrement en avril 2013 de l’immeuble-usine du Rana Plaza au Bangladesh qui a fait 1138 victimes et des centaines de blessés.

Le collectif appelle les consommateurs/citoyens à déclarer clairement aux enseignes qu’ils refusent de cautionner une mode qui se fait au prix du sang et de la sueur.

S’ils le peuvent financièrement, le collectif leur recommande de privilégier les marques indépendantes qui affichent une meilleure visibilité de leurs chaînes d’approvisionnement ou celles qui intègrent une démarche socialement responsable et écologique.

C’est en manifestant notre volonté de consommateurs d’avoir accès à des vêtements « éthiques » que nous ferons évoluer les marques et les enseignes…Il en va de leur crédibilité et de leur image de marque.

Communiqué du collectif « éthique sur l’étiquette » de Dijon Métropole