Déploiement de la fibre : Le Conseil Général veut réduire la fracture numérique en Côte-d'Or

Les travaux de déploiement de la fibre optique sur le territoire de Côte-d'Or sont en marche. Dans son schéma directeur d'aménagement du territoire, le Conseil Général prévoit la couverture de toute les communes côte-d'oriennes en 2025. Si le déploiement dans les agglomérations est en bonne voie, il existe une fracture numérique à combler selon Ludovic Rochette, le conseil général en charge de ce dossier.

11 décembre 2014 à 14h32 par 45

K6 FM

C'est un des gros chantier du Conseil Général et du département. Le déploiement sur le territoire de la fibre optique et du très haut débit : un programme complexe de raccordement de toutes les communes côte-d'oriennes dont la première phase a démarré cette année.

Ce SDANT (Schéma directeur d'aménagement numérique des territoires) porté par le Conseil Général ne concerne que le raccordement des communes hors agglomération. �? Dijon par exemple, c'est l'opérateur Orange qui déploie la fibre pour les entreprises et les habitations.

Le déploiement de la fibre optique doit servir à réduire la fracture numérique (les différences d'accès à Internet) entre les différents territoires.

"C'est également un point important pour l'attrait économique d'un territoire : Le développement des entreprises, et la qualité de vie des territoires couverts par la fibre sont améliorés" souligne le Conseiller Général en charge de ce dossier, Ludovic Rochette.

Le conseiller qui rappelle la logique choisie pour l'ordre du déploiement :

"Sur les 3 ans qui viennent, les premiers à bénéficier de ce schéma seront les communes les plus en retard, dont le débit est en dessous de 2 Méga, c'est par exemple le cas à Ruffey-Les-Echirey, pourtant aux portes de Dijon. Ensuite, nous privilégions également les bassins d'emplois, en particulier 68 zone d'activités économiques"

Cette première phase, qui représente 74 millions d'euros d'investissement, sera suivie de deux autres phases de déploiement de la fibre, cette fois-ci à domicile, jusqu'à une couverture totale du territoire à l'horizon 2025. Au final, c'est plus de 250 millions d'euros qui seront investis par l'Etat, l'Europe, le Conseil Régional et le Conseil général pour ce projet.

" L'important, c'est déjà de réussir cette première étape de raccordement des villages les plus en retard. L'ensemble des départements bourguignons sont en retard sur ce point" conclue Ludovic Rochette