F.Patriat : "Les gens attendent des politiques qu'ils résolvent leurs problèmes"

A l'heure de passer le flambeau de la présidence régionale à sa consœur Marie-Guite Dufay, François Patriat, président pendant 12 années en Bourgogne, dresse le bilan de ses mandats et évoque un avenir politique encore bien rempli.

4 janvier 2016 à 15h40 par 45

K6 FM

A l'heure de passer le flambeau de la présidence régionale à sa cons�?ur Marie-Guite Dufay, François Patriat, président pendant 12 années en Bourgogne, dresse le bilan de ses mandats et évoque un avenir encore plein au Sénat.

A 72 ans,"l'animal politique" tel qu'on le surnomme a tiré ce lundi 4 janvier 2016 sa révérence à la tête de la région. Une Bourgogne qu'il a gouverné pendant 12 ans, et qu'il laisse à Marie Guite Dufay, la socialiste franc-comtoise, élue président de la nouvelle Bourgogne Franche-Comté lors de cette première session.

Lui qui était toujours dans les premiers rangs étaient ce lundi plus en retrait au sein de l'assemblée réunie à l'hôtel de région de Dijon. Non sans "une certaine émotion, un certain spleen" comme il le concède. Mais le Bourguignon n'est pas du genre à déprimer trop longtemps, et très vite, il rappelle qu'il laisse la région entre les mains des socialistes, pour maintenant 18 ans de gouvernance. Une "prouesse dans des régions habituellement de droite" rendue possible selon lui par "le bon bilan de Marie Guite et de moi-même à la gestion de ses régions."

Car si tout n'a pas été parfait, François Patriat défend son bilan : "On est jamais satisfait de son bilan, mais j'ai tenu tous nos engagements de départ. Simplement, on les a plus ou moins bien réussi" explique-t-il. Il concède en effet quelques difficultés économiques, en matière de transport ou regrette encore de ne pas avoir plus travailler avec le département autour du développement du haut débit. 

Le sourire lui revient un peu plus quand il aborde les engagements tenus pour la jeunesse, ainsi que pour la recherche et l'innovation. "C'est dont je suis le plus fier : avoir réussi à créer les conditions de la croissance et la garantie de la bonne santé des entreprises de demain.

Et maintenant ? Impossible pour lui d'arrêter la vie politique et de "partir couler une retraite tranquille à la campagne? Je ne survivrais pas moralement". Le politique Patriat a encore un poste de sénateur de la Côte-d'Or auquel il a été réélu en septembre 2014. Une activité qu'il pratiquera "à temps plein, puisque j'aime le parlement, et j'aimerais m'occuper de multiples dossiers, nationaux mais aussi côte-d'oriens."

Yoann Olid