Fusillade de Beaune : les deux suspects placés en détention provisoire

2 semaines après la fusillade qui avait fait 7 blessés dans le quartier Saint-Jacques à Beaune et 2 jours après l’interpellation de deux suspects dans le sud de la France, le procureur de la République de Dijon a donné des précisions ce dimanche soir.

13 août 2018 à 4h13 par Fabrice Aubry

K6 FM
Crédit: K6FM

Les deux individus ont été présentés au parquet Dijon ce dimanche.

Il s’agit de deux hommes âgés de 31 ans, déjà connus de la Justice. Leurs casiers font mention de 22 condamnations pour l’un et 21 condamnations pour l’autre, notamment pour des faits de vols et vols aggravés, de détention d’arme, de violences, de destructions ou dégradations de biens et d’infractions routières. L’un d’entre eux a déjà été condamné pour vol avec arme par une cour d’assises. Il est donc en récidive légale criminelle.

Le parquet de Dijon a ouvert une information judiciaire et saisi un juge d’instruction. Ils ont été mis en examen des chefs de tentative d’assassinat aggravée en raison de l'appartenance des victimes à une soit-disante race, religion ou ethnie, réelle ou supposée, violences aggravées par trois circonstances, en l’espèce

  • l’usage d’une arme
  • la réunion
  • la circonstance que les faits ont été commis en raison de l'appartenance des victimes à une soit-disante race, religion ou ethnie, réelle ou supposée, injures publiques à caractère racial, menaces de mort à caractère racial, et, pour le second, tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de la force publique.

Ils contestent globalement les faits qui leurs sont reprochés. Ils reconnaissent avoir été présents dans un véhicule au moment de la première scène de violences, indiquent n’avoir pas voulu foncer délibérément sur le groupe de victimes, mais avoir tenté de prendre la fuite lors d’une altercation. Ils contestent être revenus quelques heures plus tard armés d’un fusil et avoir fait feu.

Ils ont été placés en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention de Dijon, conformément aux réquisitions du parquet et à la demande du juge d’instruction.

Communiqué d’Éric Mathais, Procureur de la République de Dijon