L'appli "Gossip" fait polémique dans les lycées bourguignons

L'application mobile "Gossip", qui permet aux internautes de diffuser de manière anonyme des rumeurs sur Internet, fait polémique. Plébiscitée par les jeunes, sa ré-ouverture n'est pas souhaitée par le Syndicat Général des Lycéens en Bourgogne qui crie au cyber-harcèlement.

8 juin 2015 à 1h32 par 45

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

L'application mobile "Gossip", qui permet aux internautes de diffuser de manière anonyme des rumeurs sur Internet pendant un court laps de temps, fait polémique.

Plébiscitée par les jeunes,l'application a été suspendue par sa créatrice française Cindy Mouly, en proie à plusieurs demandes d'interdiction par des lycées français. Sa réouverture n'est pas non plus souhaitée en Bourgogne, où le Syndicat Général des Lycéens dénonce une "application qui favorise le cyber-harcèlement et peut avoir des répercussions désastreuses pour les élèves, collégiens et lycéens notamment."

Savant mélange des applications Snapchat, Twitter et Ask, l'application permet, en 140 caractères seulement, de diffuser un message accompagné d'une vidéo ou d'une photo, et de façon anonyme, à un réseau de connaissances et d'amis proches.

Pour le syndicat, cette application, dont le principe a déjà fait des petits (ex : Chuck), favorise un peu plus le harcélement alors que "c'est plus d'1 élève sur 5 qui déclare être cyber-harcelé, et 1 sur 10 qui avoue avoir déjà tenté de se suicider. �? l'heure où tout le système prône une responsabilisation des internautes, comment autoriser de telles applications, qui favorisent l'impunité des agresseurs ?" demande Lucas Maitrot, le Délégué National aux droits lycéens et responsable du suivis fédération bourgogne, qui espère une interdiction totale de ce genre d'application dans les établissements scolaires.

Olid Yoann