La BD s'expose en gare de Dijon

De fin décembre 2020 à mi-février 2021, la 48eme édition du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême s'exposera dans plus de 40 gares partout en France, et notamment à Dijon.

29 décembre 2020 à 13h00 par la rédaction

K6 FM
Crédit: Photo dillustration K6FM

Avec ce projet orchestré conjointement par le Festival d’Angoulême et SNCF Gares & Connexions, les gares s’imposent toujours plus comme les nouveaux espaces incontournables de la bande dessinée, conformément à la conviction militante du groupe SNCF d’en faire des lieux de vie à part entière. Pendant 2 mois, de Marseille à Lille, de Nantes à Grenoble, de Strasbourg à Bordeaux, Avignon, Rennes ou Toulouse, en passant par l’ensemble des gares parisiennes, le 9e art sera partout… et pour tous.

À l’origine de cette démarche, il y a d’un côté le Festival International de la Bande Dessinée, label prescripteur et internationalement reconnu qui, depuis près de 50 ans, déniche, célèbre, accompagne le meilleur de la production de bande dessinée. De l’autre, il y a les gares, ces espaces publics, ces biens communs au cœur des villes qui, depuis plusieurs années déjà, participent à la vitalité de la culture à travers des expositions éclectiques et audacieuses, populaires et exigeantes.

Cette proximité dans les missions de médiation et de démocratisation culturelles ne pouvait que les réunir : à l’heure où le Festival d’Angoulême est contraint de se réinventer face au contexte sanitaire, les gares prennent le relais et lui offre un écrin naturel idéal pour s’exposer aux regards de tous, initiés ou novices, passionnés ou simples curieux. Comme l’art joyeux, acéré et foisonnant de la bande dessinée qui s’adresse aux lecteurs de 7 à 77 ans, la gare accueille toutes les générations et tous les milieux. Lieu ouvert de passage et de transition, elle est aussi un espace de rencontre et de transmission qui s’engage quotidiennement auprès de ceux qui font vivre l’art et la culture, si durement touchés actuellement. On parle de lignes ferroviaires, de transport en commun, de service public : particulièrement symbolique, la sémantique qui entoure les gares et les voyages en train évoque le rassemblement et la ré-union. La bande dessinée, le Festival d’Angoulême et l’animation des territoires en gares à travers ce projet inédit, par son ampleur et son ambition, y participent, en partenariat avec la région Nouvelle-Aquitaine et l’ALCA (Agence livre cinéma et audiovisuel). À l’image du soutien solidaire depuis 15 ans de la SNCF, plus que jamais essentiel pour cette 48e édition, au Festival de la Bande Dessinée, aujourd’hui acteur-clé du dynamisme et du rayonnement d’Angoulême et de son territoire. Le groupe SNCF prévoit d’ailleurs de faire circuler un TGV spécial fin janvier 2021 pour transporter, dans le respect de l’environnement, de Paris vers Angoulême, la capitale mondiale du 9e art, 500 auteurs, dessinateurs, éditeurs, professionnels et journalistes. Jusqu’en février, toutes les Sélections Officielles, les nouveaux venus ou les artistes reconnus, les univers visuels sophistiqués et les thématiques contemporaines seront donc pareillement et largement mis en lumière. D’autres œuvres aux qualités artistiques et pédagogiques viendront enrichir cette vision plurielle pour proposer un authentique panorama du 9e art d’aujourd’hui. Véritable extension du Festival 2021, invitation au voyage et à la curiosité, l’exposition de toutes ces créations en gares contribue à renforcer le lien précieux tissé entre créateurs, éditeurs, libraires, lecteurs, spectateurs et usagers des transports. Pour eux tous, ces gares seront des espaces de vie culturelle réinventée, porteurs d’imaginaires et d’émotions.