Le centre Georges-François Leclerc affiche ses ambitions

Les orientations stratégiques du centre Dijonnais de lutte contre le cancer ont été présentées ce jeudi.

14 février 2019 à 14h49 par la rédaction

K6 FM
Crédit: DR

Les orientations stratégiques qui guident la politique du CGFL pour les 5 prochaines années sont portées par la volonté de relever 5 défis :

- un défi médical et scientifique pour transformer en succès les enjeux des évolutions actuelles des activités de soins et de recherche en cancérologie et pour anticiper les évolutions à venir ;

- un défi sociétal pour organiser un dispositif permettant la réduction des inégalités territoriales et économiques d’accès aux soins et garantir à tous une égalité de chance face à la maladie ;

- un défi lié à la reconfiguration de l’offre de soins sur la base de parcours associant différents acteurs dans une coopération efficiente et organisée ;

- un défi inhérent à l’explosion des moyens informatiques dédiés à la santé (patient connecté, e-santé, gestion de « big-data », intelligence artificielle…) ;

- un défi médico-économique pour garantir une gestion rigoureuse et maîtrisée des ressources dans un contexte d’exigences fortes et légitimes de qualité et de sécurité des pratiques.

Outre des moyens techniques, scientifiques et organisationnels qui seront mis en place pour répondre à ces défis, la politique du CGFL doit aussi conforter les valeurs et les engagements qui fondent l’existence des CLCC avec notamment :

- une approche transversale, collégiale et pluri-professionnelle du processus de soins, garantissant une efficacité maximale dans la prise en charge des patients et dans l’efficience de l’organisation sur laquelle elle s’appuie ;

- une approche de la pathologie cancéreuse non seulement dans sa dimension médicale et scientifique mais aussi dans une approche humaniste, sociale et éthique ;

- un esprit d’entreprise qui fait de chaque salarié, quelle que soit sa fonction, un élément essentiel et reconnu du dispositif organisant l’accueil, le diagnostic, le traitement et le suivi des patients et de son entourage.

 

Un projet soutenu par un programme d’investissements ambitieux et réaliste

Sur les 5 prochaines années, le plan d’investissements récemment adopté par le conseil d’administration représente un peu plus de 40 M€. Un effort important à la hauteur des ambitions du CGFL pour offrir aux patients et à leurs familles le meilleur de ce qui se fait en cancérologie.

Fruit d’une construction rigoureuse pour garantir sa faisabilité financière, ce programme permettra de poursuivre le développement des activités avec des équipements de pointe dans le domaine des soins et de la recherche.

Il répond aussi à la nécessité de restructurer les locaux qui ne sont plus aujourd’hui adaptés à la croissance des activités, avec un important projet d’extension, très attendue, de 6 000 m2, répartis sur 6 niveaux. Des travaux qui devraient débuter à l’automne et dont l’aménagement aura été le fruit d’une réflexion collective avec les acteurs de terrain et les usagers, en particulier, les patients et leurs proches.

D’importants moyens seront consacrés aux outils informatiques, dans un contexte d’évolution des pratiques médicales et para médicales qui doivent s’adapter aux nouveaux modes de travail liés à la e-santé et à l’explosion des moyens du « numérique ».

 

Grands projets 2019

1 Finaliser le projet puis débuter la construction de l’extension de 6 000m2

2 Accueillir l’IRM Linac et procéder aux premiers traitements

3 Développer la coordination ville-hôpital notamment avec la mise en place de la messagerie sécurisée et des outils e-santé comme les applications de type Exolis.

4 Poursuivre et accroître le rayonnement scientifique du CGFL autour des 4 axes porteurs d’excellence du Centre de Recherche Clinique, en renforçant les nombreux partenariats avec l’Inserm, l’Université de Bourgogne (en particulier avec l’Institut de Chimie Moléculaire et le laboratoire Imagerie et Vision Artificielle, le consortium Pharmimage ou encore la société Oncodesign)

5 Maintenir l’implication universitaire du CGFL au sein de l’Université de Bourgogne et de la Communauté d’Universités et d’Etablissements de la Bourgogne Franche Comté et au sein de l’UFR des Sciences de Santé dont le CGFL est un acteur majeur.

6 Renforcer les collaborations avec les établissements de la Région : outre le partenariat historique avec le CHU de Dijon du fait d’une complémentarité naturelle, qui sera renforcé par la mise en place de parcours de soins partagés, la coopération avec le CHU de Besançon sera développée dans les activités de soins et de recherche. Par ailleurs, la politique d’ancrage territorial du CGFL sera renforcée grâce aux actions de coopérations avec les Centres hospitaliers de la Région : Nevers, Sens, Macon, Langres, Chaumont, Semur en Auxois, Montceau les Mines, Beaune… C’est un enjeu essentiel pour l’organisation des soins et un devoir pour le CGFL que

- de permettre l’accès à l’innovation pour tous, sans reste à charge et quel que soit le lieu d’habitation.

- d’organiser des parcours conciliant proximité des prises en charge, optimales, au plus près du domicile, et accès aux activités de recours quand nécessaire

- de participer concrètement et efficacement à la politique de réduction des inégalités territoriales et sociales d’accès aux soins.

7 Initier une ambitieuse politique de levée de fonds, contribuant tant au financement de recherches qu’au maintien au plus haut niveau technologique des équipements

8 Ouvrir le CGFL au monde de l’entreprise et au public afin de faire savoir le niveau d’excellence de ses installations, de ses plateformes de recherche et  de ses équipes.

 

Le CGFL en bref…

Aujourd’hui, « Le Centre de référence en cancérologie pour l’ensemble de la Région Bourgogne-Franche-Comté » selon le Haut Conseil de l’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement le CGFL est  aussi :

  • le 4ème meilleur hôpital français, tous types d’établissements confondus, pour la prise en charge des cancers du sein (après Paris, Marseille et Toulouse)

- Il est le 3ème centre français pour le nombre de patients bénéficiant d’une étude biomédicale avec un taux de 26 % de malades inclus dans un essai thérapeutique. Autrement dit un patient sur quatre soigné au CGFL a accès aux dernières innovations.

- Le 1er établissement français à avoir acquis un TEP TDM numérique

- Il sera le 2ème en France à être équipé d’un accélérateur de particules couplé à une IRM