Le SICECO fait le point sur la fiière bois en Côte-d'Or

Dans le cadre de la multiplication des chaufferies bois en Côte-d'Or et face à l'inquiétude grandissante de ses élus quant à la disponibilité de la ressource, le Syndicat d'Énergies de Côte-d'Ora décidé de réunir tous les acteurs de la filière afin de faire le point sur l'approvisionnement en bois-énergie

28 mai 2015 à 5h48 par 45

K6 FM

Dans le cadre de la multiplication des chaufferies bois en Côte-d'Or et face à l'inquiétude grandissante de ses élus quant à la disponibilité de la ressource, le Syndicat d'�?nergies de Côte-d'Ora décidé de réunir tous les acteurs de la filière afin de faire le point sur l'approvisionnement en bois-énergie : élus du SICECO, Anne-Catherine Loisier, Présidente de l'ACOFOR (Association des communes forestières) et les membres des services d'Aprovalbois, de l'ADEME, du CIPREF (Association régionale des Entrepreneurs de Travaux Forestiers), du Conseil départemental, du Conseil régional, du CRPF (Centre Régional de la Propriété Forestière), de l'ONF (Office National des Forêts) et du Syndicat des Propriétaires privés, soit une trentaine de personnes, se sont retrouvés pour un après-midi d'échanges sur la ressource pour le bois-énergie en Côte-d'Or.


La Côte-d'Or, 6ème département forestier en France


Avec 340 000 hectares de forêts couvrant 39 % de la surface du département, la Côte-d'Or est le 6ème département forestier en France. Pratiquement la moitié appartient au domaine public : ce sont des forêts communales ou domaniales, équipées d'un aménagement (plan de gestion) conduit par l'ONF. L'autre moitié, privée, est à 50 % soumise à un plan de gestion. Aujourd'hui, le volume de bois sur pied est estimé à 56 millions de m3 et l'accroissement à 1,9 million de m3 par an. En 2012, la récolte annuelle de bois est évaluée à environ 1 million de m3. Cette dernière est donc bien inférieure à la croissance de la forêt.


Un potentiel accessible dès à présent


Toutes les études réalisées s'accordent à dire qu'a minima, 300 000 m3 de volume de bois d'industrie et de bois-énergie supplémentaires sont exploitables :



  • - 100 000 m3 à court terme via la mobilisation de la ressource disponible chez les propriétaires forestiers et l'optimisation ou la dynamisation de la gestion forestière actuelle

  • - 200 000 m3 à moyen terme avec des investissements dans les infrastructures forestières (création de dessertes et de places de dépôt)


Assurer la ressource à long terme par une gestion contrôlée et durable des forêts


SICECO - bois-energie la ressource existe-t-elle en Côte-dOr - mai 2015La ressource bois-énergie est utilisée en cohérence avec le développement global de la filière forêt-bois. Chaque acteur prend soin de respecter les différents usages du bois : le bois-énergie est une valorisation des déchets du bois d'oeuvre. L'approvisionnement en bois-énergie est mené dans une démarche de proximité. Par exemple, pour un projet de chaufferie communale, il est conseillé d'employer en priorité la ressource issue des forêts de la commune. L'auto-suffisance étant rare, le complément est issu d'un approvisionnement local (dans un rayon maximum de 50 km autour de la chaufferie). Pour les communes, la gestion durable de leurs forêts assure le renouvellement de la ressource tout en contribuant à la préservation de l'environnement et à la création d'emplois locaux (exploitation et entretien de la forêt, fabrication du bois énergie, ...).


Une ressource suffisante pour atteindre les objectifs du SRCAE


Actuellement, le département compte 1 logement sur 5 chauffé au bois, complètement ou partiellement, 33 chaufferies industrielles consommant 92 000 m3 et 79 chaufferies collectives (hors chaufferie des Péjoces à Dijon) consommant 27 000 m3. Cela représente plus de 100 MW de puissance bois-énergie installée.


Selon le SRCAE (Schéma Régional Climat Air �?nergie élaboré conjointement par la DREAL et la Région Bourgogne), en Côte-d'Or, pour pouvoir atteindre les objectifs fixés par l'�?tat à l'horizon 2020 (réduire de 20 % la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre et porter à 23 % la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique), 71 MW utilisant le bois énergie devront être installés en plus. Ces objectifs impliquent la mobilisation de 100 000 m3 supplémentaires de bois. Au regard des chiffres mentionnés plus haut, la ressource en bois est donc mobilisable à court terme en Côte-d'Or pour répondre à cette future demande. à long terme, la gestion durable et contrôlée des forêts assurera également une ressource accessible.


Même selon les scénarios les plus prudents, la disponibilité de la ressource ne constitue donc pas un frein majeur au développement du bois-énergie en Côte-d'Or. Le SICECO s'engage à informer régulièrement l'ensemble des communes adhérentes de l'évolution des besoins et de la ressource à partir des bilans réalisés par Aprovalbois.


Communiqué du SICECO