Actualités locales

Les militants anti-fourrures vont manifester à Dijon

12 janvier 2019 à 09h30 Par la rédaction
Crédit photo : DR

A l’occasion du premier samedi des soldes d’hiver, les militants anti-fourrures prévoient de se rassembler ce samedi après-midi place François Rude à Dijon.

Munis de panneaux-choc d’animaux exploités et tués pour leur fourrure, les militants de Combactive alerteront les passants sur ce que subissent plus de 140 millions d’animaux chaque année à travers le monde. Des pétitions seront proposées aux passants.

Des actions anti-fourrure auront lieu ce même jour à travers la France (Paris, Amiens, Saint Nazaire, la Roche-sur-Yon…) à l’occasion de la « Journée Sans Fourrure ». Cette journée a été choisie symboliquement parce qu'elle correspond à un pic dans les achats de prêt-à-porter en France. La liste des villes participantes est tenue à jour sur le site JourneeSansFourrure.com

« Cette journée d’action a pour objectif d'envoyer un message fort contre le commerce de la fourrure auprès des personnes venues faire les soldes », explique Fabien Robert, président de Combactive. « Nous souhaitons que la souffrance des animaux, élevés puis tués pour leur fourrure dans des conditions abominables, ne soit plus dissimulée. La fourrure se retrouve aujourd’hui principalement sur les cols, les vestes, les bottes... Le prix très bas des articles contenant de la vraie fourrure trompe de nombreux acheteurs. La fourrure animale est en effet parfois moins chère que la fausse fourrure. »

De nombreux pays en Europe ont décidé d’interdire l’élevage d’animaux à fourrure : le RoyaumeUni, l’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, la République Tchèque, la Croatie, la Serbie, la République de Macédoine, la Slovénie et la Bosnie-Herzégovine. D’autres pays comme la Suisse, l’Allemagne, l’Espagne et la Suède ont mis en place des réglementations strictes qui amèneront à la fin des élevages d’animaux à fourrure. La France fait partie de la minorité de pays en Europe à continuer d’autoriser l’élevage d’animaux à fourrure.

En 2018, Jean-Paul Gauthier a annoncé qu’il n’utilisera plus de fourrure et de peaux animales pour ses prochaines collections. Il rejoint ainsi la longue liste de créateurs qui n’utilisent pas de fourrure dans leurs collections : Stella McCartney, Franck Sorbier, Giorgio Armani, Ralph Lauren, Donatella Versace... Chaque année, plus de 140 millions d'animaux (visons, renards, chiens viverrins, ratons laveurs, chinchillas…) sont tués pour leur fourrure, sans oublier des centaines de millions de lapins. Quels que soient les pays où se situent les élevages, les investigations montrent que les animaux vivent dans des cages minuscules et entièrement grillagées, avant leur mise à mort par électrocution ou par gazage. Les enquêtes tournées ces dernières années en Norvège, en Suède, en Finlande et au Danemark révèlent que de nombreux animaux ne sont pas soignés tant que cela n’affecte pas la qualité de la fourrure.

Communiqué