Musique : Louis Delort se refait sans les labels

Ancien finaliste de The Voice, passé par Dijon où son père était guitariste pour Yves Jamait , le chanteur Louis Delort fait partie d'une liste de plus en plus grande d'artistes qui n'hésitent pas à faire appel au financement participatif pour la création de leurs albums, et ça marche.

3 mai 2017 à 6h46 par 45

Ancien finaliste de The Voice, passé par Dijon où son père était guitariste pour Yves Jamait , le chanteur Louis Delort fait partie d'une liste de plus en plus grande d'artistes qui n'hésitent pas à faire appel au financement participatif pour la création de leurs albums, et ça marche !

Ils sont en effet de plus en plus nombreux à se tourner vers ce type de financement : jeunes artistes, chanteurs ou compositeurs, à l'image du Dijonnais Boris Barbé il y a quelques mois (voir), les artistes font de plus en plus appel à leur fan ou public pour faire financer la production de leurs oeuvres.

Et si on comprend aisément l'intérêt d'un tel système pour les artistes en devenir, le crowdfunding peut aussi séduire ceux qui ont épousé le succès : Après être passé par The Voice ou les scènes de comédies musicales célèbres, le jeune Louis Delort a lui aussi lancé il y a quelques semaines un financement participatif pour son deuxième album. Pourtant, il était engagé avec la maison de disque Mercury pendant 4 ans, avec laquelle il a notamment produit son premier album.

« Je ne me sentais pas totalement à ma place, pas totalement libre de créer et d'enregistrer ma musique comme je la ressentais. L'aventure s'est arrêtée l'année dernière et je me suis donc retrouvé chez moi, dans l'Ain, à réfléchir à la meilleure manière d'enregistrer mes nouvelles chansons. Je suis passé par plein d'états, j'ai quelques fois perdu confiance, mais cette passion et cette envie de me partager avec le public me dévore tant que j'ai pu trouver la force de me lancer à nouveau » confie le natif d'Ecully sur le site.

Pour son nouvel album "La Folie Des Hommes", Louis Delort a demandé 25 000 �?� à sa communauté en échange de contrepartie, via la plateforme Ulule. Ce plafond a rapidement été explosé tant et si bien qu'aujourd'hui, le projet est déjà financé à 190% (48 000 �?�). Ces extras devraient lui permettre de financer plus de produits, de tourner des clips ou encore de s'offrir les services d'un attaché de presse. 

Yoann Olid