Où sont passés les oiseaux en Côte d’Or ?

De nombreux côte d’Oriens se sont manifestés ces dernières semaines, inquiets de voir moins d’oiseaux dans les jardins et aux mangeoires. La Ligue pour la Protection des Oiseaux de Côte d’Or et de Saône et Loire livre quelques explications sur ce phénomène.

21 janvier 2019 à 9h39 par la rédaction

K6 FM
Crédit: Fabrice Croset

Un début d’hiver doux et clément

La relative douceur des conditions météorologiques de ces dernières semaines et le changement climatique en général peuvent en partie expliquer cette absence. Rappelons que les oiseaux visibles en hiver en Bourgogne ne sont pas forcément les mêmes que ceux qui sont présents en été ; en effet, les mésanges, les rougegorges, les pinsons et autres petits passereaux migrent, même partiellement, quittant leur sites de reproduction pour des territoires plus cléments en hiver. Une partie des individus observés dans notre région en hiver viennent donc de zones plus nordiques. Or, depuis plusieurs semaines, les conditions météorologiques clémentes régnant sur ces territoires plus au nord pourraient expliquer l'absence relative de certaines espèces (pinsons, tarins, mésanges, gros-becs...) présentes habituellement en hiver en Bourgogne. Ces oiseaux séjourneraient encore dans le nord de l’Europe, trouvant là-bas la nourriture nécessaire à leur survie.

 

Une baisse globale et alarmante

Enfin, une autre raison serait tout simplement - et malheureusement - une baisse globale des effectifs des oiseaux communs en France. Si certaines espèces semblent ne pas être affectées par cette tendance générale, d’autres connaissent des chutes dramatiques. Ainsi, le Verdier d’Europe, très amateur de graines de tournesol aux mangeoires, a vu ses populations chuter de 45 % en 15 ans en France et en Bourgogne, le plaçant désormais parmi les espèces vulnérables sur la liste rouge nationale.

Comment réagir ?

Avec le durcissement des conditions météorologiques annoncé pour la semaine prochaine, le nourrissage apportera une aide précieuse aux passereaux, qui peuvent alors se regrouper soudainement et massivement aux mangeoires. Restons donc vigilants ! Rappelons que l’accès à l’eau liquide est aussi important, et que la mise à disposition d’une assiette remplie d’eau (sans aucun additif !) permettra aux oiseaux non seulement de s’hydrater mais aussi de nettoyer leur plumage, un élément clé de leur survie. D'autre part, la LPO vous invite à saisir régulièrement vos observations à la mangeoire (espèces, effectifs...), sur le site de l'observatoire www.oiseauxdesjardins.fr. Ce dispositif national lancé en 2012, conjointement par le Muséum national d'Histoire naturelle de Paris et la LPO, a pour objectif de mieux évaluer les populations d'oiseaux communs, dont certaines espèces connaissent une régression importante de leurs effectifs.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site de la Ligue pour la Protection des Oiseaux 

Communiqué de la Ligue pour la Protection des Oiseaux Côte-d'Or et Saône-et-Loire