Un cas de grippe aviaire détecté en Côte d’Or

La préfecture a indiqué ce lundi qu’un cas de grippe aviaire a été découvert la semaine dernière sur un animal (une grande aigrette) sur l’étang d’Antigny-la-ville, près d’Arnay-le-Duc. En conséquence, une zone de contrôle temporaire a été mise en place dans 110 communes de Côte d’Or.

16 janvier 2023 à 14h00 par la rédaction

Un cas de grippe aviaire a été découvert la semaine dernière dans la campagne, près d’Arnay-le-Duc
Un cas de grippe aviaire a été découvert la semaine dernière dans la campagne, près d’Arnay-le-Duc
Crédit: Photo d’illustration K6FM

Le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) a été identifié le 12 janvier sur une grande aigrette collectée par le réseau SAGIR1 sur l’étang d’Antigny-la-ville. Ce virus, qui circule activement en Europe par l’intermédiaire des oiseaux migrateurs ou parmi la faune sauvage autochtone est particulièrement contagieux et pathogène pour les oiseaux. Il persiste et reste actif principalement dans les fientes contaminées et les eaux stagnantes contenant des fientes contaminées.  

En conséquence, le préfet, Franck Robine, a pris un arrêté visant à prévenir l’apparition d’influenza aviaire dans les élevages. Une zone de contrôle temporaire de 20 km autour du lieu de découverte de l’oiseau infecté a été définie et comprend 110 communes. À l’intérieur de cette zone, des mesures sont déployées afin de protéger les élevages de volailles d’une potentielle contamination par la faune sauvage, notamment un renforcement des mesures de biosécurité (mise à l’abri), une surveillance renforcée des élevages (auto contrôles et analyses de laboratoire) et une adaptation des activités cynégétiques (appelants de gibier d’eau et gibier à plumes). Pour plus d’informations sur les mesures de biosécurité, vous pouvez aller sur le site gouvernemental dédié à ce sujet. 

Il est spécifiquement demandé de ne pas s’approcher, ni de nourrir les oiseaux sauvages et plus particulièrement dans cette zone. Il est rappelé que, pour éviter la diffusion du virus, l’ensemble du public doit éviter de fréquenter les zones humides (bords des étangs, des mares et des rivières) où stationnent les oiseaux sauvages, y compris en leur absence, du fait de la possible présence de virus dans les fientes et les sols souillés.  

Surveillance dans la faune sauvage

La surveillance de l’avifaune sauvage par le réseau SAGIR est renforcée et toute mortalité d’oiseaux sauvages dans cette zone, sans cause évidente, doit être signalée au réseau SAGIR auprès du service départemental de l’Office français de la biodiversité (OFB) : 03 80 29 43 91 ou la fédération départementale des chasseurs de Côte-d'Or : 03 80 53 00 75.

Par ailleurs, afin de limiter la diffusion du virus, qui peut avoir d’importantes conséquences économiques et de souveraineté alimentaire le niveau de risque épizootique vis-à-vis de l’influenza aviaire est passé au niveau « élevé » depuis le 11 novembre 2022. Cette situation entraîne l’application de mesures renforcées de prévention pour les élevages avicoles et les basse-cours sur toutes les communes du département (et du reste du territoire métropolitain).