Actualités régionales

« Que les gilets jaunes nous laissent travailler ! » : Unpact 21 tire la sonnette d’alarme

10 mai 2019 à 16h55 Par Hugo Scherrer
Les dirigeants d'Unpact 21 étaient réunis au Craft Beer, un pub dijonnais très impacté financièrement par le mouvement des gilets jaunes.
Crédit photo : Hugo Scherrer

L’union patronale Unpact 21 (rassemblant Medef, CPME, CCI, CMA, U2P) veut jouer un rôle pour aider financièrement les commerces du centre-ville de Dijon qui auraient été impactés par le mouvement des gilets jaunes.

Les dirigeants d’Unpact 21, un groupe de travail qui rassemble des institutions représentant les chefs d’entreprises en Côte d’Or (le Medef, la CPME, la CCI, la CMA ou encore l’U2P), ont élevé la voix ce matin contre le mouvement des gilets jaunes.

Et pour cause : celui-ci aurait, selon l’union patronale, des retombées économiques désastreuses sur les commerces du centre-ville de Dijon. Unpact 21 évoque des chiffres d’affaires réduits de 30% pour certaines entreprises. « Il faut qu’on nous laisse travailler. Nous disons stop aux gilets jaunes » a martelé Xavier Mirepoix, la président de la Chambre de Commerce et d’Industrie. « C’est par rapport à la méthode employée que nous disons stop, même si nous comprenons la situation dans laquelle peuvent être les personnes qui manifestent » tempérait David Butet, président du Medef 21.

Des paroles et des aides

Pour limiter les conséquences d’un mouvement qu’elle juge « trop long, trop cher, trop dévastateur en termes d’image […] », Unpact 21 a indiqué les dispositifs d’aides pour les commerçants, mis en place tant par la ville de Dijon que le Conseil Régional ou l’Etat : exonération des droits de voirie pour le 1er semestre, exonération des droits d’occupation du domaine public (terrasses et étalages) pour 1er trimestre, prêt à taux 0% jusqu’à 10.000€ remboursables sur 3 ans pour les artisans et commerçants, délai de paiement ou remise grâcieuse d’impôts, mise en place d’échéancier de paiements de dettes…

Des dispositifs nombreux, mais « pas à la hauteur face à la perte de chiffre d’affaires des commerçants » regrette Geoffroy Sécula, président de la CPME (Confédération des Petites et Moyennes Entreprises). « Le seul moyen, c’est d’arrêter ce mouvement des gilets jaunes. Dijon est l’une des villes de France les plus touchées » ajoute-t-il.

Denis Favier, le président de la fédération des commerçants « Shop In Dijon » (non rattachée Unpact 21), souhaiterait lui que les commerçants obtiennent des aides qu’il qualifie de directes : « Beaucoup d’entre eux ont besoin, non pas d’un prêt, mais d’une trésorerie ». Celui qui milite depuis plusieurs mois en ce sens apprécie que l’union Unpact 21 se joigne à ce combat pour aider les commerçants : « Même si ça a été un peu tardif, nous aurons plus de poids afin d’être entendus… ».

Ecoutez ci-dessous l'interview complète de Geoffroy Sécula, président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME) et de la gérante du Craft beer pub Cécile Déchelotte :