Actualités régionales

Quel bilan pour le pacte régional d’investissement dans les compétences

03 septembre 2019 à 17h55 Par la rédaction
Crédit photo : David Cesbron

Huit mois après sa mise en œuvre, le préfet et la présidente de région Bourgogne Franche-Comté ont fait le bilan ce mardi du pacte régional d’investissement dans les compétences.

Le pacte régional d’investissement dans les compétences (PRIC) est un programme sur quatre ans qui vise à accompagner et accélérer la transformation de la formation professionnelle, au service des entreprises, des territoires et des personnes peu qualifiées recherchant un emploi, pour édifier une « société des compétences ».

Le pacte régional d’investissement dans les compétences porte trois ambitions :

Ambition 1

Garantir une offre de formation renouvelée, territorialement équilibrée et répondant aux nouveaux besoins

 

Ambition 2

Favoriser l’accès pour les publics les plus fragiles à une formation adaptée et sécuriser dans leurs parcours

 

Ambition 3

Innover, expérimenter et évaluer

 

En Bourgogne-Franche-Comté, 117 000 personnes sont potentiellement concernées par le PRIC, qui s’adresse aux demandeurs d’emploi et les jeunes chercheurs d’emploi les plus en difficulté.

Une large concertation d’acteurs régionaux et territoriaux, ainsi que l’intervention d’experts, ont permis d’aboutir à des propositions opérationnelles.

Six mois après sa signature,  le plan d’action régional d’investissement dans les compétences poursuit les objectifs fixés selon le rythme prévu, en conservant la dynamique partenariale obtenue dès la phase d’élaboration du pacte.

Au 5 juillet 2019, 93% des crédits prévus (53M€) pour le PRIC ont été engagés. Ils se répartissent comme suit :

Ambition 1

Garantir une offre de formation renouvelée, territorialement équilibrée et répondant aux nouveaux besoins

27M€ (1 660 places de formation supplémentaires financées avec Pôle Emploi, développement de nouvelles offres de formations qualifiantes et augmentation des formations financées, notamment dans les métiers du BTP et de la maroquinerie)

 

Ambition 2

Favoriser l’accès pour les publics les plus fragiles à une formation adaptée et sécuriser dans leurs parcours

21,25 M€ (forte augmentation des places, notamment dans les formations linguistiques, développement des formations en amont de la qualification et nouvelles aides régionales aux stagiaires de la formation)

 

Ambition 3

Innover, expérimenter et évaluer

1,188 M€ (mise en place de la démarche de blocs de compétences avec le marché BTP 2019 et les marchés 2020 Tourisme et Multisectoriel ; poursuite de la concertation et mise en place du suivi et de l’évaluation du PRIC)

Au 6 juin 2019, 13 288 entrées en formation étaient enregistrées en Bourgogne-Franche-Comté pour l’année 2019, soit une augmentation de 28% par rapport à 2018 sur la même période. Parmi ces stagiaires, 67% sont sans qualification.

15 millions d’euros d’aides régionales supplémentaires pour les stagiaires de la formation professionnelle

Souvent considérée comme un frein pour les personnes en recherche d’emploi qui souhaitent s’engager dans une formation, la sécurisation financière du parcours de formation fait partie des priorités sur lesquelles le PRIC ambitionne d’apporter des solutions pour faciliter l’accès à la formation des publics éloignés du marché du travail. La Région Bourgogne Franche-Comté est la première à mettre en place trois dispositifs d’aides directes aux stagiaires. Au total ce sont 15 millions d’euros qui vont venir soutenir le pouvoir d’achat des bénéficiaires d’une formation financée par la Région avec :

 

Une nette revalorisation de la rémunération des stagiaires

Jusqu’à présent, la rémunération versée par la Région pour un stagiaire en formation non indemnisé par Pôle emploi, s’élevait au maximum à 401,09 euros par mois. A partir du 1er mai 2019, ce même stagiaire perçoit 652,18 euros, soit une hausse de plus de 250 euros par mois. Pour un mineur (primo demandeurs d’emploi), il percevait auparavant 130,34 euros, sa nouvelle rémunération passe à 455 euros par mois.

Cette revalorisation concerne près de 8 600 bénéficiaires. 

 

Communiqué de la préfecture de région Bourgogne-Franche-Comté