Actualités régionales

Stabilisation de l’emploi et baisse du chômage au 4e trimestre 2018 en Bourgogne-Franche-Comté

05 avril 2019 à 06h30 Par la rédaction
Crédit photo : INSEE

Les derniers chiffres du chômage de notre région étaient présentés ce jeudi par l’INSEE de Bourgogne-Franche-Comté et la Direccte.

L’emploi salarié se stabilise en Bourgogne-Franche-Comté au quatrième trimestre 2018. Une légère hausse dans le public compense en partie les pertes qui s’atténuent dans le privé. Les emplois permanents repartent à la hausse tandis que ceux de l’intérim continuent de diminuer. Le chômage diminue dans tous les départements de la région. Du côté de l’entreprenariat, le nombre de créations d'entreprises progresse et celui des défaillances est en baisse. Comparé à l’an dernier, la fréquentation hôtelière continue de reculer et les demandes de permis de construire diminuent mais n’affectent pas les mises en chantier qui continuent d’augmenter.

Stabilisation de l’emploi salarié régional, légère hausse de l’emploi public

Au quatrième trimestre 2018, la Bourgogne-Franche-Comté compte 968 500 salariés. Après trois trimestres de baisse, le nombre d’emplois salariés se stabilise. Sur un an, la baisse atteint 0,7 %. Les deux composantes de l’emploi salarié suivent ce trimestre des trajectoires opposées. Après plusieurs trimestres de repli, la fonction publique enregistre une hausse de 0,1 %, soit 270 emplois supplémentaires. À l’inverse, l’emploi salarié privé baisse à nouveau, - 0,1 %, avec 590 emplois perdus.

Ces évolutions régionales contrastent avec la tendance nationale. En France, l’emploi salarié connaît une évolution favorable de 0,2 % ce trimestre et de 0,6 % sur un an. Au quatrième trimestre, l’emploi salarié augmente de 0,3 % dans le privé. Il est stable dans la fonction publique. Près de 35 300 personnes résident en Bourgogne-Franche-Comté tout en occupant un emploi en Suisse. Le nombre de frontaliers continue d’augmenter à un rythme soutenu : + 1,7 % par rapport au troisième trimestre 2018. Il constitue le plus haut niveau jamais atteint. Pourtant, depuis début juillet 2018, la Suisse applique la loi de « préférence indigène » privilégiant l’embauche de résidents en Suisse dans les secteurs affichant un taux de chômage supérieur à 8 % comme le bâtiment, l’horlogerie et la restauration.

Progression dans le tertiaire marchand hors intérim

Dans la région, le nombre d’emplois permanents augmente de nouveau. Dans le tertiaire marchand hors intérim, il progresse de 0,2 % ce trimestre. Cette hausse est portée par l’information-communication, dont les effectifs augmentent de 1,6 %. Viennent ensuite les transports, 0,9 %, et les services aux entreprises, 0,7 %. Le commerce gagne 0,1 % de salariés. Après six trimestres de baisse, le tertiaire non marchand renoue avec la croissance du nombre d’emplois et en gagne 140. Sur un an, les pertes restent importantes : 2 760 emplois en moins soit - 0,8 %.

Recul moins marqué pour l’intérim, l’industrie et la construction

En Bourgogne-France-Comté, le nombre d’emplois intérimaires diminue de 1,5 % ce trimestre, trois fois moins qu’au précédent. Sur un an, il diminue de 11 %, soit 4 700 emplois en moins. Dans l’industrie et la construction, le repli de l’emploi salarié ralentit également, passant respectivement de - 0,3 % à - 0,1 % et de - 0,2 % à - 0,1 %. Sur un an, l’industrie a perdu 0,5 % de ses emplois et la construction 0,2 %, respectivement 890 et 100 emplois de moins.

La situation est moins favorable qu’au niveau national. En France, l’emploi intérimaire baisse lui aussi de 1,5 % ce trimestre mais diminue moins sur un an qu’en Bourgogne-France-Comté, - 3,3 %. L’emploi dans l’industrie augmente de 0,2 % au quatrième trimestre et de 0,3 % sur un an. La construction reste sur une bonne dynamique, en progression de 0,5 % ce trimestre et de 1,9 % sur l’année.

L’emploi augmente dans la moitié des départements de la région

Au quatrième trimestre 2018, la Côte-d’Or et le Territoire de Belfort affichent une hausse de l’emploi salarié de 0,3 %. Cette nette augmentation est portée par tous les secteurs et surtout par l’intérim en Côte-d’Or, par le commerce, l’intérim et les services non marchands dans le Territoire de Belfort. Dans la Haute-Saône et le Doubs, l’emploi progresse respectivement de 0,2 % et 0,1 %, principalement porté par les services marchands hors intérim. L’emploi reste relativement stable dans la Nièvre et le Jura. Il se replie en Saône-et-Loire et dans l’Yonne en raison de pertes dans l’industrie et l’intérim.

Le taux de chômage diminue de 0,3 point

En Bourgogne-Franche-Comté, le taux de chômage diminue de 0,3 point au quatrième trimestre 2018, sur le même rythme qu’en France. Il demeure nettement plus bas dans la région qu'au niveau national, 7,5 % contre 8,8 % (figure 4). La Bourgogne-Franche-Comté reste au troisième rang des régions les moins touchées par le chômage, à égalité avec Auvergne-Rhône-Alpes et derrière les Pays de la Loire et la Bretagne.

Communiqué de l’INSEE de Bourgogne-Franche-Comté