Une manifestation ce samedi à Dijon contre la réforme des retraites

Le syndicat « Solidaires 21 » appelle à un rassemblement ce samedi à 14h, place Darcy à Dijon, pour demander une hausse généralisée des revenus et pour s’opposer à la réforme de l’assurance-chômage et des retraites.

7 janvier 2023 à 7h00 par la rédaction

Une manifestation doit avoir lieu ce samedi 7 janvier à Dijon
Une manifestation doit avoir lieu ce samedi 7 janvier à Dijon
Crédit: Photo archive K6FM

Ci-dessous, le communiqué du syndicat « Solidaires 21 » : 

Les carburants frôlent les 2 euros. Les prix des produits alimentaires s’envolent (près de 25% d’augmentation pour les pâtes en 2022). Le gaz et l’électricité vont bientôt, augmenter de 15% et encore plus pour les associations et entreprises. Les loyers augmentent partout et cela même chez les bailleurs sociaux. Les péages vont augmenter. Tout augmente sauf les revenus. Il y a une urgence à compenser le poids de l’inflation sur nos vies : de plus en plus d’entre nous ont de sérieuses difficultés à boucler le mois. Nous devons pouvoir vivre dignement : nous voulons vivre pas survivre. Pendant ce temps-là, les dividendes versés par les entreprises du CAC40 ont atteint un montant record de 57,5 milliards d'euros en 2021 et augmentent encore en 2022 comme l’illustrent les dividendes record du groupe TotalEnergies. Par ailleurs, ce dernier continue de saccager la planète notamment à travers des projets destructeurs en Ouganda et en Tanzanie alors même que l’année 2022 vient de battre tous les records de chaleur.

Face à cette situation intenable que propose le gouvernement Borne/Macron ?

Après avoir passé le dernier quinquennat à s’attaquer à la pseudo-fraude sociale (entre 1 milliard et 3 milliards d’euros) en instaurant un flicage généralisé des précaires plutôt que de s’attaquer à la fraude fiscale (entre 80 milliards d’euros et 100 milliards d’euros), voici que le gouvernement a décidé de précariser encore plus les précaires à l’aide de sa contre-réforme de l’assurance-chômage et du projet de loi « anti-squat ». En effet, le gouvernement vient une nouvelle fois de raboter les droits en imposant le principe de « contracyclicité » qui fait dépendre la durée de versement des allocations de l’état du marché du travail. En clair, plus il y a d’emplois disponibles, moins le montant des allocations sera élevé. Ce n’est pas tout, le fait de refuser par deux fois un CDI après une mission d’intérim ou une fin de CDD qui privera là aussi celui ou celle qui refuse d’allocations chômage. Enfin, le gouvernement compte aussi revenir sur la durée d’indemnisation des chômeurs-euses au-delà de 55 ans. De quoi jeter une nouvelle fois dans la misère de nombreux salarié-es et chômeurs-ses qui vu leur âge n’auront aucune chance de retrouver un emploi.

Ces nouvelles régressions s’emboîtent parfaitement avec la contre-réforme annoncée des retraites et le recul de l’âge légal du départ à la retraite à 65 ans. En effet, la Première Ministre Borne a annoncé un report progressif de 62 à 65 ans jusqu’en 2031, en légitimant tout ça à nouveau, par l’équilibre financier du système (après avoir 2 fois changé de motif justifiant cette réforme). Comme d’habitude tout ceci sera saupoudré de mesurettes vendues comme positives pour les femmes et les seniors ou les petites pensions. La première ministre parle d’un stand-by de la décote à 67 ans, d’un assouplissement d’anticipation de départ pour les carrières longues, d’élargissement possible des critères de pénibilité, de la prise en compte du congé parental dans le calcul de la durée de cotisation...et d’aller vers un minimum de pension (si carrière complète) à 85% du Smic (1300 euros à la date d’entrée en vigueur de la réforme). Ce gouvernement reste donc sur le recul de l’âge de départ à la retraite à 65 ans et met fin progressivement à tous les régimes spéciaux (via des clauses du grand-père-mère) et on est très loin de vraies mesures pour faire cesser la différence de 40 % de pensions des femmes par rapport aux  hommes, et de sortir de la logique de paupérisation des retraité-es ! Pour Solidaires 21, allonger la durée de cotisation, reculer l’âge de départ à la retraite n’est pas une option. Travailler plus pour gagner moins et de petites retraites, c’est non !

Pour couronner le tout et détourner l’opinion, le gouvernement se lance dans un débat immonde sur l’immigration pour décider de qui est le bon et le mauvais. Une énième loi inutile et raciste qui a le mérite de mettre en exergue le vrai visage de ce gouvernement. La politique du « bouc-émissaire » doit cesser. Face à cette situation intenable, nous appelons à une manifestation le samedi 7 janvier 2023, à partir de 14h place Darcy, pour revendiquer le fait de vivre décemment et s’opposer à la réforme des retraites ! Nous invitons l’ensemble des acteurs.trices du mouvement social et des citoyen.ne.s à prendre part et à participer à cette manifestation.