Une mobilisation qui s’amplifie en Côte d’Or

Ils étaient 10 500 selon la police et 15 000 selon les syndicats à manifester ce mardi à Dijon contre la réforme des retraites. Une mobilisation en hausse qui a aussi été constatée dans les autres villes de France.

1er février 2023 à 8h56 par Fabrice Aubry

Ils étaient 10 500 selon la police et 15 000 selon les syndicats à manifester ce mardi à Dijon
Ils étaient 10 500 selon la police et 15 000 selon les syndicats à manifester ce mardi à Dijon
Crédit: Photo K6FM

Qui gagnera le bras de fer ? Alors que le gouvernement peine à convaincre sur le bienfondé de cette réforme si impopulaire, la contestation s’amplifie et semble gagner du terrain. Ce mardi, au-delà de la foule dans les rues de Paris, la participation aux manifestations dans les villes moyennes était particulièrement scrutée. A Dijon, la police a comptabilisé 10 500 personnes, tandis que les syndicats ont compté 15 000 participants. Ailleurs en Côte d’Or, 1 500 personnes ont défilé à Montbard et 500 à Beaune. La petite ville du sud du département n’était pourtant pas concernée par la mobilisation du 19 janvier, preuve que la fronde gagne du terrain. Alors que deux nouvelles journées de manifestation ont été annoncées pour les 7 et les 11 février, les syndicats côte d’Oriens se sont félicités ce mardi soir de leur mouvement, notamment les responsables de « Solidaires 21 » : 

 

« Ce mardi 31 janvier, le mouvement social s’est très fortement amplifié dans toute la France. En Côte d’Or, on dénombre près de 18 000 manifestant.e.s sur les trois manifestations du département (Beaune, Dijon et Montbard), soit près de 3 000 personnes en plus que le 19 janvier ! Alors que le gouvernement tente par tous les moyens et par une logorrhée incompréhensible d’expliquer que la réforme des retraites est « juste », les gens ne sont pas dupes. La force des manifestations le démontre. Après deux manifestations impressionnantes par le nombre, il va falloir, dès la semaine prochaine renforcer les actions de blocage de l’économie et construire partout où cela est possible des grèves reconductibles. Nous invitons les travailleuses et les travailleurs à se réunir en assemblée générale pour construire la suite d’un mouvement qui est déjà historique. Nous tenons à réaffirmer, une énième fois, que l’extrême-droite n’a pas sa place dans nos manifestations et que leurs provocations sont inadmissibles. Nous apportons notre soutien aux camarades la CGT 21 et de notre organisation qui ont du s’affronter avec l’extrême-droite pendant la manifestation de ce jour. Nous tenions à apporter un soutien spécial à un camarade de SOLIDAIRES 21 blessé par une bande de néo-nazis.

Par ailleurs, nous tenions à condamner la provocation exercée par les forces de police lors de la fin de la manifestation, place Wilson à Dijon. Alors que la manifestation se disloquait dans le calme, des agents de police ont décidé de se faufiler dans le cortège créant, de facto, des tensions. Plutôt que de s’en extraire pour apaiser les tensions, les forces de répression ont décidé de gazer massivement les manifestant.e.s encore sur place pendant plusieurs minutes et ont procédé à plusieurs interpellations. Nous condamnons cette répression et rappelons à l’ensemble du mouvement social que si nous voulons une victoire sociale, nous ne pourrons compter que sur nous et que notre solidarité est notre arme ! »