Affaire Proxidentaire : 76 plaintes et deux gardes à vue

Le procureur de la République de Dijon a fait le point ce jeudi sur l’affaire du centre Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur qui a été définitivement fermé ce mercredi suite à de graves problèmes.

7 octobre 2021 à 18h47 par Fabrice Aubry

Olivier Caracotch, procureur de la République de Dijon, a fait le point ce jeudi sur cette affaire
Olivier Caracotch, procureur de la République de Dijon, a fait le point ce jeudi sur cette affaire
Crédit: K6FM

L’affaire avait commencé au mois de juin dernier. L’agence régionale de santé de Bourgogne-Franche-Comté avait annoncé la fermeture temporaire du centre Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur en raison de « graves manquements ». Lorsque nous avions relayé cette information, de nombreux auditeurs ont exprimé de vives réactions sur les réseaux sociaux, confirmant de mauvaises pratiques médicales venant de ce cabinet dentaire. L’établissement étant fermé provisoirement, les salaires devaient normalement être versés pour les collaborateurs, ce qui n’a pas été fait au mois de juillet. Certains salariés avaient saisi la justice sur ce point.

Ce mercredi soir, l’agence régionale de santé a annoncé via un communiqué de presse la fermeture définitive de ce centre Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur, et également celui de Belfort.

Olivier Caracotch, procureur de la République de Dijon, a fait le point ce jeudi après-midi sur le dossier. Ecoutez ci-dessous ses précisions, et retrouvez également le témoignage d’Orane Duchatel, directrice de l’association « France victimes 21 » qui a recueilli le témoignage d’anciens patients de ce centre Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur : 

Olivier Caracotch
Olivier Caracotch
Crédit: K6FM
Interview d’Orane Duchatel
Interview d’Orane Duchatel
Crédit: K6FM