La fermeture des boîtes de nuit, une injustice selon les patrons des établissements

Alors que la fermeture des discothèques va être prolongée de trois semaines supplémentaires, les gérants des établissements dénoncent une injustice. Nous avons interrogé Gilbert Febvay, représentant du monde la nuit à l’UMIH 21 mais aussi patron du Beverly à Dijon.

30 décembre 2021 à 6h30 par Dimitri Coutand

Boîtes de nuit fermées trois semaines de plus : une injustice selon les patrons des établissements
Les boîtes de nuit ne rouvriront pas début janvier
Crédit: Photo d'illustration K6FM

Pour les gérants des discothèques, 2022 devrait débuter aussi mal que s’est terminée 2021. Face à la situation sanitaire, et l’explosion du nombre de cas de Covid-19 en France, le gouvernement a décidé de prolonger la fermeture des établissements de nuit pour au moins trois semaines à partir du 3 janvier. L’annonce a été faite ce mercredi par le ministre délégué chargé du Tourisme et des PME, Jean-Baptiste Lemoyne.

Une situation qui met en péril de nombreuses boîtes de nuit qui enchaînent les périodes de fermeture depuis le début de la crise sanitaire. « On a été les bons élèves, on les a écoutés, on a fait tout ce qu’on nous a dit », explique Gilbert Febvay, représentant du monde de la nuit à l’UMIH 21. « Je pense qu’on va tous essayer de rouvrir d’ici peu de temps dans d’autres conditions. C’est une grosse perte de chiffre d’affaires pour tout le monde », raconte celui qui est aussi le patron du Beverly à Dijon.

Retrouvez ci-dessous l’interview de Gilbert Febvay :

Interview Gilbert Febvay