Clément Van Melckebeke candidat pour les législatives en Côte d’Or

Avec Fouad Addou comme suppléant, Clément Van Melckebeke est candidat pour les élections législatives dans la 3ème circonscription de la Côte-d’Or.

18 mai 2022 à 18h15 par la rédaction

Clément Van Melckebeke est candidat pour les législatives en Côte d’Or
Clément Van Melckebeke est candidat pour les législatives en Côte d’Or
Crédit: Photo DR

Ci-dessous, le communiqué de Clément Van Melckebeke :

La France est fracturée politiquement et nous sommes nombreux à ne plus nous sentir écoutés. Beaucoup de représentants politiques enchaînent les élections et les mandats : ce n’est pas mon cas. Je ne suis ni adjoint au maire, ni vice-président d’une métropole, ni conseiller régional ou départemental : je suis un simple citoyen, indépendant et combatif qui a fait le choix de l’engagement. C’est une candidature de renouvellement, soutenue par des forces de gauche rassemblées et des citoyens engagés. J'ai 31 ans et je suis originaire du pays d'Othe, près de Troyes. J'ai grandi dans la campagne auboise puis j'ai fait mes études à l'université de Bourgogne et en Italie. Après avoir enseigné à Chenôve, j'habite et travaille à Dijon depuis une dizaine d'années. À partir de 2021, j’ai soutenu le projet d’Arnaud Montebourg pour un pays rassemblé autour des préoccupations essentielles des Françaises et des Français : partage plus juste des richesses pour vivre dignement de son travail, accès partout et pour tous aux services publics, protection de nos libertés et de nos emplois, renforcement des territoires ruraux abandonnés. Au coeur de ce projet il y a la souveraineté : c’est aux citoyens de décider de leur propre vie, pas aux marchés ni à l’oligarchie. 

Or la pandémie, et maintenant la guerre et ses conséquences terribles, témoignent de cette urgence de retrouver notre souveraineté dans tous les domaines : démocratique, économique, industriel, énergétique, alimentaire et culturel. Défendre la République sociale, c'est aussi défendre l'idée que la France n'est pas une nation ethnique mais une nation civique et politique. Car ce qui nous unit, c'est d'abord ce que nous voulons construire ensemble. Soutenu par notre ancienne députée Kheira BOUZIANE et de nombreux élus locaux, j'ai l'ambition de mener un projet de réconciliation nationale entre la France rurale périphérique et la France des quartiers populaires. Nous voulons une France plus douce pour tous, une France qui assure à chaque habitant dignité, respect et tranquillité. L'Assemblée doit redevenir un espace de résistance démocratique défendant les droits et les intérêts du peuple. Comme député, je ne serai le petit soldat ni d’un gouvernement, ni d’une étiquette politique. Je ne flancherai pas et ferai entendre votre voix.