L’emploi en lente progression dans la région au 1er trimestre 2022

Les chiffres publiés par l’INSEE montrent une légère progression de l’emploi au premier trimestre 2022 en Bourgogne-Franche-Comté.

12 juillet 2022 à 15h59 par la rédaction

L’emploi en lente progression dans la région au 1er trimestre 2022
Au premier trimestre 2022, l’emploi est en légère progression en Bourgogne-Franche-Comté
Crédit: Photo d'illustration INSEE

En Bourgogne-Franche-Comté, l’emploi salarié poursuit sa progression modérée au premier trimestre 2022. Le secteur privé porte cette amélioration, en particulier les services aux ménages et aux entreprises. L’emploi continue d’augmenter dans la construction mais moins fortement. En revanche, il se replie légèrement dans l’industrie et l’hébergement-restauration. Après le rebond de fin d’année, l’emploi intérimaire se contracte.

La progression modérée de l’emploi repose sur le secteur privé

Au premier trimestre 2022, l’emploi salarié en Bourgogne-Franche-Comté continue sa progression (+ 0,2 %). Après six trimestres consécutifs d’augmentation, la hausse est plus contenue ce trimestre avec 1 500 emplois créés, contre 2 700 au trimestre précédent. Elle repose sur le secteur privé qui s’accroît de 0,2 %. En baisse au quatrième trimestre 2021, l’emploi public se stabilise.

En France, la progression de l’emploi total est un peu plus marquée (+ 0,3 %) grâce à l’emploi privé qui croît sensiblement au même rythme. L'emploi public augmente à nouveau modérément (+ 0,2 %) après une légère baisse fin 2021.

L’intérim est en recul après la forte hausse de fin d’année

En ce début d’année, la croissance de l’emploi régional repose surtout sur le secteur marchand hors intérim, en hausse de 0,8 % ce trimestre. Les services aux ménages et aux entreprises affichent la dynamique la plus forte, avec respectivement + 1,8 % et + 1,0 %. L’hébergement-restauration est le seul secteur des services à perdre des emplois (- 0,2 %), après une progression continue sur les trois trimestres précédents.

Principale variable d’ajustement, l’intérim est le secteur qui perd le plus d’emplois, - 710 ce trimestre (- 1,9 %). Les difficultés d’approvisionnement contraignent toujours les secteurs de l’industrie et de la construction, gros employeurs d’intérimaires. L’emploi industriel baisse de 0,1 %. Les gains dans l’industrie agro-alimentaire notamment ne compensent pas la perte de plus de 200 emplois dans le secteur de la fabrication des matériels de transport. L’emploi dans la construction reste orienté à la hausse mais à un rythme moins soutenu (+ 0,2 %) que les trimestres précédents. Le tertiaire non marchand se redresse légèrement (+ 0,1 %) avec 240 emplois supplémentaires.

En nette hausse sur un an, l’emploi régional augmente de plus de 15 000 emplois

Sur un an, la Bourgogne-Franche-Comté gagne 15 600 emplois, soit une progression de 1,6 %.

Les gains se concentrent dans les services marchands hors intérim, soit 9 000 emplois additionnels sur l’année. L’hébergement-restauration est le principal contributeur, avec une croissance de plus de 4 000 emplois sur l’année. Le commerce et les services aux entreprises gagnent également plus de 2 700 emplois chacun. L’emploi industriel se maintient (- 0,1 %) malgré le net repli du secteur des matériels de transport, qui perd près de 1 000 emplois en un an (- 4,4 %).

La Côte-d’Or et le Doubs, les plus dynamiques

Au premier trimestre 2022, l’emploi progresse modérément dans la moitié des départements de la région. Les gains les plus significatifs concernent la Côte-d’Or et le Doubs, avec respectivement 720 et 600 emplois supplémentaires. Les services marchands hors intérim sont le moteur de cette progression. La baisse reste contenue (- 0,1 %) pour le Jura, la Nièvre et l’Yonne.

Seul l’emploi intérimaire perd des effectifs dans tous les départements de la région. Cette baisse pénalise en particulier le Territoire de Belfort et entraîne un repli légèrement plus important de son emploi total (- 0,2 %).