Bourgogne Franche-Comté : La CGT s'inquiète des conséquences de la fusion

Les syndicats CGT de Bourgogne et de Franche-Comté se sont réunis une nouvelle fois le 1er juillet. La CGT s'inquiète des conditions de la fusion et des conséquences pour les agents, mais aussi pour le risque de détérioration de la qualité du service public rendu. 

4 juillet 2015 à 1h43 par 45

K6 FM

Les syndicats CGT de Bourgogne et de Franche-Comt� se sont r�unis une nouvelle fois le 1er juillet. La CGT s'inqui�te des conditions de la fusion et des cons�quences pour les agents, mais aussi pour le risque de d�t�rioration de la qualit� du service public rendu.

" De nombreux sujets sont en discussion avec les services Ressources Humaines des deux conseils r�gionaux, avec des groupes de travail sur diff�rents points, mais nous regrettons lors des premi�res r�unions l'absence des �lus.c
La CGT va porter ses exigences pour une harmonisation par le haut, en particulier des r�gimes indemnitaires, en prenant comme r�f�rence le r�gime applicable en Franche Comt� actuellement.
La CGT demande l'inscription d'une ligne budg�taire sp�ciale dans le prochain budget du Conseil R�gional afin d'assurer le financement. Pour rappel, une mise � niveau de tous les agents, ne repr�sente que 0,07 % du budget de la future r�gion Bourgogne Franche Comt�, soit un peu moins de 300 000 euros.
Concernant le temps de travail, la CGT revendique l'application des dispositions actuelles en Franche Comt� pour l'ensemble des agents.
Ces exigences sont un socle minimum sur lequel la CGT va engager les n�gociations, d�s le 10 juillet, � l'occasion d'une premi�re r�union avec les deux vice-pr�sidents des conseils r�gionaux.
Pour la CGT, la fusion, c'est une r�duction des budgets, d'autant plus si le gouvernement continue, comme c'est le cas, l'aust�rit� budg�taire pour les collectivit�s territoriales.
La future grande r�gion sera une des premiers employeurs de Bourgogne Franche Comt� avec plus de 4000 agents. La CGT d�fendra tous les agents, des deux r�gions, de tous les lyc�es, et des si�ges des R�gions.

Ni les usagers, ni les agents ne doivent faire les frais de cette fusion impos�e."

Communiqu� de presse du syndicat CGT