Des jeunes de Dijon rencontrent les candidats aux élections européennes pour lutter contre les inégalités

Mariia, Nicolas et Silvia, âgés de 18 et 19 ans, habitants de Dijon, font partie des 50 jeunes ayant été sélectionnés pour devenir jeunes Ambassadeurs de « ONE », l’ONG de lutte contre l’extrême pauvreté cofondée par Bono de U2.

25 mars 2019 à 9h46 par la rédaction

K6 FM
Crédit: DR

Dès aujourd’hui et pendant un an, ils iront à la rencontre de leurs élus et des citoyens de leur région pour les convaincre d’agir avec eux. Leur première mission en 2019 : convaincre un maximum de candidats aux européennes de s’engager à lutter contre les inégalités mondiales une fois élus.

Ils ont déjà rencontré Mounir Satouri d’Europe Ecologie Les Verts, premier candidat signataire de l’appel One Vote en France.

Voilà ci-dessous le profil de ces 3 Dijonnais :

Silvia COSTA, 19 ans :

« Je suis une jeune étudiante en première année de droit, résidant chez mes parents à Dijon. En début de cette nouvelle année, j'ai été très motivée à l'idée de m'engager dans une association, en privilégiant le domaine de l'entraide, de l'humanitaire, des maladies qui touchent principalement le continent africain, un continent qui nécessite une grande aide de la part de chacun d'entre nous. J'ai découvert l'organisation ONE grâce à mon université, qui nous a informés que l'organisation ONE était à la recherche de Jeunes Ambassadeurs. Je m'engage pour un monde meilleur, pour un monde dans lequel chaque personne puisse être entendue, un monde où chaque personne puisse être secourue, peu importe sa condition. J'aime lire tout type de roman, des livres de cuisine et bandes-dessinées, aller au cinéma, être entourée de ma famille, les langues et voyager, ce qui me permet de découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles cultures et d'en apprendre plus sur l'histoire d'un pays. Plus tard, j'aimerais devenir Secrétaire des Affaires Etrangères. »

 

Nicolas HENRIQUEZ-NETTLE, 19 ans :

« Je suis originaire du Chili, né et grandi là-bas, au sein d’une famille modeste, aimante et protectrice. Je suis arrivé en France à l’âge de 8 ans et cela a développé mon goût pour les langues. Apprendre le français n’a pas été une grosse difficulté et j’aime beaucoup me pencher sur les différentes cultures et langues, leur vision du Monde. J’aime beaucoup la musique, surtout le metal, le trash metal et le rock. J’apprécie surtout la musique des années 1960 aux années 1990, en passant par les Beatles, Pink Floyd, Black Sabbath, Slayer, mais mon groupe préféré reste Metallica. J’ai fait un bac L, et aujourd’hui je suis à l’Université de Bourgogne en Langues Etrangères Appliquées (LEA), option anglais-espagnol. J’ai choisi cette filière pour pouvoir devenir interprète ou traducteur. J’ai décidé de m’engager avec ONE, car je partage les valeurs qu’ils défendent, cela me touche personnellement et j’aimerais pouvoir agir à mon échelle, faire entendre ma voix ainsi que celle de tous les autres Jeunes Ambassadeurs. J’aime le contact humain, je suis également membre de Greenpeace, j’essaye de m’impliquer au maximum dans ma ville qui est Dijon, et d’ailleurs, j’ai participé à une interview des MASCI (Master spécialisé en Stratégies de Communication Internationale) de Dijon pour lutter contre les addictions. »

 

Mariia SAMOKHVALOVA, 18 ans :

« Étudiante en première année à Sciences Po Paris, au campus européen de Dijon. Depuis mes études à l’école ukrainienne de Tcherkassy, ma ville natale, je m’intéresse à la diplomatie et la langue française, aux relations internationales tout comme à la communication avec les différents responsables publics, ce qui peut me permettre de m’enrichir de manière individuelle et de contribuer à la mise en place de la coopération mutuelle dans des domaines variés. Je partage les valeurs de ONE, et c’est une merveilleuse ONG où l'on peut se mettre en contact avec des jeunes personnes dynamiques pour lutter ensemble contre la pauvreté. Dijon me semble être une ville ouverte aux initiatives, et je voudrais donc commencer mes engagements au sein de ONE à partir de l’ancienne capitale du duché de Bourgogne, pour les étendre après au-delà de la région. Je suis également vice-présidente de l’association étudiante Uart, qui vise à parler de la guerre en Ukraine par le biais de l’art. J’aime bien les initiatives qui sont fondées sur les valeurs dignes qui peuvent permettre de rendre ce monde un meilleur espace pour vivre et s’épanouir ! »