Dijon : La supérette des Grésilles enfin réouverte

Après plus d'un an de fermeture faute de repreneur, la supérette dans le quartier des Grésilles à Dijon a enfin réouvert cette semaine sous l'enseigne Coccimarket. Les habitants se félicitent de retrouver un commerce de proximité, quand les élus de l'opposition dénoncent la lenteur et les fausses promesses autour de ce dossier.

10 décembre 2015 à 13h35 par 45

K6 FM

Après plus d'un an de fermeture faute de repreneur, la supérette dans le quartier des Grésilles à Dijon a enfin réouvert cette semaine sous l'enseigne Coccimarket.


Depuis juin 2014, les habitants du quartier des Grésilles étaient en effet privés de commerce de proximité après la fermerture du magasin LIDL faute de rentabilité. Un dossier qui avait critalisé les tensions dans ce quartier où vivent de nombreuses personnes âgées ou à mobilité réduite, obligées de prendre le bus ou le tram pour leurs courses.


Un dossier qui s'est tendu au fil des mois après plusieurs annonces de reprises restées finalement sans suite. En mars dernier, la Semaad (Société d'économie mixte d'aménagement de l'agglomération dijonnaise) annonçait par exemple la reprise "avant l'été 2015" des locaux par l'enseigne CocciMarket.


Les élus de droite s'étaient eux dit surpris de cette nouvelle annonce, en pleine période d'éléctions départementales : « Après plus d'un an de silence et d'immobilisme, à quinze jours des élections départementales qui semblent difficiles pour elle, la municipalité socialiste annonce "l'arrivée miraculeuse" d'une nouvelle enseigne à la place de la supérette de l'avenue des Grésilles. Un hasard de calendrier qui fait sourire les habitants du quartier qui ne sont manifestement pas ­dupes de la man�?uvre »avaient alors expliqué Laurent Bourguignat et Virginie Voisin-Vairelles, candidats au département pour la droite, dans les colonnes du Bien Public.


Les deux conseillers municipaux UDI et Républicains ont réitéré leur charge  cette semaine contre les promesses des socialistes tout en se félicitant de l'aboutissement du dossier, dû selon eux à leur travail de pression ces derniers mois sur la majorité en place à Dijon : "Ce travail de pression, qui s'est traduit par des interventions au Conseil municipal et des rencontres avec les commerçants, a porté ses fruits.  Nous nous réjouissons de l'ouverture de la superette qui est attendue par leshabitants du quartier, en particulier par ceux qui éprouvent des difficultés à se déplacer."


Yoann Olid