Dijon : Le self-défense pour lutter contre les violences faite aux femmes

À l'occasion de la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, l'antenne dijonnaise du ZONTA Club et la ville de Dijon proposeront des démonstrations de Krav Maga (self défense) ce mercredi Place Darcy, pour alerter sur le fléau de la violence conjugale.

25 novembre 2015 à 3h25 par 45

K6 FM

�? l'occasion de la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, l'antenne dijonnaise du ZONTA Club et la ville de Dijon proposeront des démonstrations de Krav Maga (self-défense) ce mercredi place Darcy, pour alerter sur le fléau de la violence conjugale.

L'ONU a décrété cette journée du 25 novembre " Journée Orange " de lutte contre les violences faites aux femmes.

Un fléau trop souvent caché mais dont les chiffres peuvent impressionner :

Chaque année, 201 000 femmes se déclarent victimes de violences conjugales (qu'elles soient physiques ou sexuelles).En France toujours, une femme est tuée par son conjoint tous les 3 jours, 83 000 femmes âgées de 18 à 59 ans se déclarent victimes de viols ou de tentatives de viols par une personne qu'elles connaissaient pour 83 % d'entre elles. Seules 11 % des victimes auraient porté plainte.

Pour alerter la population, mais également pour sortir de cette situation, l'antenne locale du club Zonta International organise une action de sensibilisation ce mercredi 25 novembre de 16h à 17h30 place darcy, avec le soutien de la Mairie de Dijon. Des démonstrations de Krav-Maga, technique israélienne de self-défense seront proposées, et la Porte Guillaume sera illuminée d'une couleur orange. Première des adjointes à la mairie, Nathalie Koenders sera également présente pour cette action envers les femmes.

"Cette action est menée pour que chacun et chacune ouvre ses yeux et comprenne que la violence faite aux femmes n'est pas un phénomène de culture, de pays ou de classe sociale. Elle est omniprésente. Les chiffres sont alarmants. De nombreuses violences sont perpétrées quotidiennement à l'encontre des femmes mais trop de honte et de déni empêche ces femmes d'en parler et la société de les entendre" rappelle l'association dans un communiqué.

Yoann Olid