F. Sauvadet : "La hausse des impôts à Dijon n'est pas la faute du Conseil Départemental"

Alors que le maire de Dijon justifiait cette semaine la hausse du taux d'imposition de 5% par, entre autres, un manque de soutien financier du Conseil Départemental sur certains projets, le président côte-d'orien a tenu à réagir en indiquant que le département n'était pas «le tiroir-caisse de François Rebsamen».

23 mars 2016 à 11h04 par 45

K6 FM

Après le vote d'une hausse de 5% du taux d'imposition à Dijon ce lundi (voir article), le maire Dijonnais expliquait avoir été « forcé » à demander un effort aux Dijonnais face à un ensemble de circonstances négatives : baisse exceptionnellement forte des subventions de l'�?tat cette année, amaigrissement des frais de fonctionnement des collectivités, volonté de maintien d'un service municipal de qualité et d'une bonne capacité d'investissement de la Ville ou encore désengagement financier du Conseil Départemental sur certains projets que la Ville a donc dû supporter seule.

En ce milieu de semaine, le président du conseil départemental de la Côte-d'Or a réagi à cette dernière justification. Piqué au vif par la remarque, François Sauvadet dénonce le culot du maire dijonnais : «Il serait temps que le Maire de Dijon et sa majorité apprennent à assumer leurs décisions plutôt que de s'en décharger sans cesse sur le Département ! Ce n'est pas nous qui avons décidé d'une baisse drastique des dotations de l'Etat mais bien le Gouvernement auquel appartenait, il y a encore peu, l'actuel Maire de Dijon. Il voudrait que le Département se substitue au désengagement de l'Etat qu'il soutient, mais ce serait trop commode ! Le Département n'est pas le tiroir-caisse de François Rebsamen et de ses projets pharaoniques

Et le président côte-d'orien de rappeler que la Côte-d'Or compte 705 communes, toutes bénéficiant de la même attention et ce, «quelle que soit leur taille ou la nature de leurs projets.»

Victime lui aussi de la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités (-28 millions d'euros annoncés), le Conseil Départemental assure avoir déjà investi 50 millions d'euros depuis 2010 dans les projets de la Ville de Dijon et de son agglomération, dans le cadre du contrat Ambitions Côte-d'Or.

Le président Sauvadet appelle donc son homologue dijonnais à plus de reconnaissance : «Signer un contrat, cela suppose de la confiance et des engagements réciproques. Nous ne sommes pas sûrs que les propos tenus, hier soir, témoignent d'une vraie volonté de travailler ensemble !»

Yoann Olid