Handball : Le CDB peut assurer son maintien à Toulon

La fin des play-downs approche à grand pas et le Cercle Dijon Bourgogne se déplace ce mercredi soir à Toulon pour la cinquième et avant-dernière journée. En cas de victoire sur le parquet de Toulon, le club dijonnais pourrait assurer son maintien en LFH.

27 mai 2015 à 1h30 par petit kevin

Logo local
Logo local
Crédit: Logo local

La fin des play-downs approche à grand pas et le Cercle Dijon Bourgogne se déplace ce mercredi soir à Toulon pour la cinquième et avant-dernière journée. En cas de victoire sur le parquet de Toulon, le club dijonnais pourrait assurer son maintien en LFH.

Le maintien se rapproche pour le CDB. Le club dijonnais n'est plus qu'à une victoire d'atteindre son objectif. Une situation qui a été rendue possible grâce à un succès précieux obtenu au Palais des Sports contre Le Havre. Après la défaite à domicile contre Mios, les Bourguignonnes n'avaient pas d'autre choix que de l'emporter. Au terme d'une partie équilibrée et acharnée, les Côte-d'oriennes ont fait la différence en fin de match au c�?ur et au courage. Du coup, les filles de Christophe Maréchal ont pris une longueur d'avance sur Le Havre, dernier au classement avec 9 points.

A deux journées de la fin de ce mini-championnat, Dijon est en position favorable et un seul succès du club de la présidente Karine Savina lui assurera le maintien. Mais gagner à Toulon ou encore à Mios ne sera pas chose aisé. Ce mercredi soir, les coéquipières de Marie Prouvensier vont affronter le leader de championnat à quatre. Au match aller, le CDB s'était imposé 23 à 21 face aux Toulonnaises qui auront à c�?ur de prendre leur revanche.

Si Dijon doit gagner un match pour rester en LFH, Toulon a juste besoin d'un résultat nul pour valider son maintien. En phase régulière, les Varoises avaient gagné à l'aller et au retour. L'emporter dans le Var paraît donc compliqué pour le CDB. Mais avec le courage et l'envie de réussir, Dijon peut valider son maintien à Toulon et aborder le dernier match à Mios avec plus de sérénité.

Kevin Petit